Site icon AIB – Agence d'Information du Burkina

Promotion de la paix : Le ministre Jean Emmanuel Ouédraogo appelle à faire recours aux valeurs culturelles

Burkina-Culture-Concertations

Promotion de la paix : Le ministre Jean Emmanuel Ouédraogo appelle à faire recours aux valeurs culturelles

Ouagadougou, 13 mars 2023 (AIB)- Le ministre de la Communication, de la culture, des arts et du tourisme, Jean Emmanuel Ouédraogo, a appelé lundi, les Burkinabè à faire recours aux valeurs culturelles, pour consolider la paix et la cohésion sociale dans un contexte d’insécurité.

« Dans le contexte actuel de notre pays, nous devons faire appel à notre culture et à nos valeurs culturelles pour consolider la paix, la cohésion sociale, l’unité nationale pour un développement économique et social du Burkina Faso », a déclaré le ministre en charge de la Culture, Jean Emmanuel Ouédraogo.

Selon lui, la Transition burkinabè est consciente du rôle central qu’occupe la culture dans la consolidation du vivre ensemble au Burkina et c’est ce qui  justifie la tenue de la 20e édition de la Semaine nationale de la culture (SNC) prévue du 29 avril au 6 mai prochain à Bobo-Dioulasso sous le thème « Diversité culturelle, ferment de l’unité nationale ».

M. Ouédraogo s’exprimait lundi à Bobo-Dioulasso, la deuxième ville du pays, lors de la cérémonie d’ouverture de l’atelier d’orientation sur la SNC, les Semaines régionales de la culture (SRC) 2023 et la SNC 2024 de son département.

«Je nourris l’espoir que le dynamisme et le professionnalisme de chaque acteur ici présent contribueront à relever le défi de l’organisation de la présente SNC et de proposer d’autres alternatives pour les éditions à venir », a-t-il renchéri.

Le premier responsable du département en charge de la Culture a fait savoir  qu’après le rendez-vous manqué de 2020 et de 2022, la SNC se veut être celle de la résilience, adaptée au contexte, tout en gardant les grandes lignes de la manifestation.

 D’après le  ministre, c’est une institution culturelle ancrée dans le paysage socio-culturel national et international et qui demeure un rendez-vous du donner et du recevoir.

«Je voudrais solliciter du fond du cœur, l’accompagnement des autorités coutumières, traditionnelles et religieuses, l’engagement de l’ensemble des Forces vives de la région des Hauts-Bassins et l’adhésion de la population pour faire de cette édition un succès mémorable », a-t-il exhorté

En  rappel, c’est en 2018 que le Burkina Faso a tenu sa dernière édition de la biennale de la culture à cause de la situation sécuritaire qu’il traverse.

Agence d’information du Burkina

NO/bh/ata

 

 

Quitter la version mobile