Site icon AIB – Agence d'Information du Burkina

Diplomatie et justice à la Une des journaux burkinabè

Burkina-Presse-Revue

Diplomatie et justice à la Une des journaux burkinabè

Ouagadougou, 30 nov. 2022 (AIB)-Les quotidiens de ce jeudi s’intéressent à la demande d’extradition de François Compaoré, à la visite de la représentante spéciale de l’Union Européenne pour le sahel et à l’audience du Premier ministre à l’ambassadeur de France au Burkina.

« Coopération militaire et relations bilatérales : Luc Hallade et Apollinaire Kyélem ont échangé », affiche à sa Une le quotidien privé burkinabè L’Express du Faso édité à Bobo Dioulasso.

Le journal rapporte que le Premier ministre Apollinaire Kyélem a reçu ce 29 novembre 2022, en audience, l’ambassadeur de France au Burkina Faso Luc Hallade, et les deux hommes ont passé en revue le partenariat de la France avec le Burkina Faso et déterminé la manière de le renforcer.

Le quotidien public Sidwaya rapporte que cette première rencontre entre le chef du gouvernement et l’ambassadeur a permis selon le diplomate français, d’avoir une idée de la vison du gouvernement sur les différents sujets qui préoccupent leurs deux Etats.

Le doyen des quotidiens L’Observateur Paalga ajoute que selon Luc Hallade, le Premier ministre n’a pas hésité à formuler des « critiques et des reproches » sur le partenariat entre les deux pays et espérer la poursuite du dialogue pour son amélioration.

Dans un autre registre, le quotidien privé, Le pays affiche à sa Une « Emmanuela Claudia Del Re, Représentante spéciale de l’UE pour le sahel à propos du Burkina : La situation humanitaire est grave ».

Le journal indique qu’Emmanuela Claudia Del Re présente au Burkina depuis le 27 novembre et en fin de mission officielle ce 29 novembre 2022, a animé un point de presse hier au siège de cette institution européenne dans la capitale burkinabè.

Concernant toujours Le Pays, la représente de l’Union européenne a laissé entendre que la situation humanitaire est très grave et qu’il y a des problèmes qui n’ont pas encore de réponses structurelles malgré la volonté des dirigeants à faire bouger les choses.

Sidwaya relate qu’à sa sortie d’audience, Emmanuela Claudia Del Re a confié être venue s’impregner de la vision du Premier ministre et de la stratégie que le Burkina Faso compte mettre en place pour résoudre les défis liés au terrorisme et à l’urgence humanitaire.

Selon le journal, Emmanuela Claudia Del Re a fait part du soutien de l’UE au Burkina Faso dans sa lutte contre le terrorisme qui selon elle, nécessite une action sur plusieurs fronts dont celui de l’humanitaire et bien d’autres aspects pour accompagner son développement.

L’Observateur Paalga rapporte dans la même direction, qu’Emmanuela Claudia Del Re a indiqué que l’aide humanitaire est la priorité de l’Union européenne et précise que pour l’année  2021-2027 l’UE va injecter plus de 384 millions d’euros dans des projets différents.

Elle a précisé que 50 millions ont été déjà déboursés dans l’humanitaire pour l’aide aux personnes déplacées et la lutte pour l’insécurité, note le journal.

Sous un autre angle, Le journal privé burkinabè Le Quotidien arbore à sa Une « 24e anniversaire de l’assasinat de Norbert Zongo : L’extradition de François Compaoré exigée ».

Le journal privé Le Pays mentionne que le collectif des organisations de masses et de partis politique (CODMPP) et la Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC) étaient face à la presse le 29 novembre dernier à Ouagadougou.

A l’occasion, ils ont présenté les activités entrant dans le cadre de la commémoration du 24 e anniversaire de l’assassinat du journaliste Norbert Zongo et ses trois compagnons d’infortune.

Le Pays rapporte les propos de Chrysogone Zougmoré qui soutient que « François Compaoré s’agrippe désespérément à la décision favorable rendue à la cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) et à tout ce qui pourrait lui permettre d’échapper à la justice burkinabè ».

Mais qu’à cela ne tienne, Le journal indique que Chrysogone Zougmoré affirme que le « peuple reste debout (…) pour exiger l’extradition de ce dernier aux fins du jugement effectif et sans complaisances (…) quel que soit le temps que cela prendra ».

Agence d’information du Burkina

BS-POM/wis

Quitter la version mobile