Site icon AIB – Agence d'Information du Burkina

Burkina : Le sommet des chefs d’Etats de la CEDEAO  à la une des quotidiens

Burkina-Presse-Revue

Burkina : Le sommet des chefs d’Etats de la CEDEAO  à la une des quotidiens

Ouagadougou 4 juil. 2022 (AIB)- Les parutions burkinabè de ce lundi commentent largement les décisions issues du sommet des chefs d’Etats de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur les Transitions au Mali, au Burkina et en  Guinée tenue hier à Accra, au Ghana.

« Transition au Burkina : la durée ramenée de 36 à 24 mois », titre le doyen des quotidien burkinabè, L’Observateur Paalga.

Le journal estime  que le Premier ministre, Albert Ouédraogo et son gouvernement doivent revoir le calendrier électoral, lui qui a informé le 29 juin dernier la classe politique et les acteurs économiques que le gouvernement a proposé la date de février 2025 pour la tenue des élections devant sanctionner la fin de la Transition.

Dans sa rubrique ‘’commentons l’actualité’’  titré « Mali, Guinée, Burkina Faso : La CEDEAO joue balle à terre », le confrère affirme que les concertations de Accra ont été fructueuses dans le sens qu’au-delà du compromis de 24 mois pour la fin de la transition au Burkina, elles ont abouti également à la levée immédiate des sanctions contre le Mali et à la désignation d’un nouveau médiateur de la CEDEAO en Guinée.

« Transition au Burkina : la CEDEAO exige 24 mois », titre le journal Le Quotidien.

« Burkina : Vingt-quatre mois requis, le choix principiel de la CEDEAO», reprend L’Express du Faso qui renchérit que ce soit en Guinée, au Burkina Faso ou au Mali, la CEDEAO campe sur ses positions : rester ferme avec les militaires parvenus au pouvoir dans ces trois pays.

« 61e sommet de la CEDEAO : le Mali et le Burkina soulagés, grise mine d’un mois pour la guinée », affiche, pour sa part, le journal Aujourd’hui au Faso.

Dans sa Contre-analyse, le journal Le Pays estime que « la CEDEAO ne doit pas se laisser enfariner ».

« CEDEAO : la voie de la raison? », s’interroge, de son côté,  le quotidien national Sidwaya qui mentionne  que « si l’instance sous régionale a décidé de lever les sanctions financières et commerciales prises à l’encontre de Bamako, elle plaiderait dans le cas du Burkina Faso pour un raccourcissement de la durée de la Transition, afin que le pays aille à marche forcée vers des élections démocratiques et consensuelles ».

Pour le confrère, il s’agit d’une « intention, certes louable, mais qui ne tient pas compte peu ou prou, de la situation concrète du pays des Hommes intègres ».

Les journaux font également écho d’un communiqué du gouvernement burkinabè en date d’hier annonçant que l’ex président Roch Kaboré est « totalement libre ».

Par ailleurs, ils reviennent sur la publication des résultats du 6e recensement général  de la population qui a dénombré 20 505 155 habitants  sur le territoire burkinabè.

En sport, les journaux font écho du report de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2023 en Côte d’Ivoire. Elle a été décalée d’un an, précisément en janvier/ février 2024.

Agence d’information du Burkina

KR/ak

Quitter la version mobile