Site icon AIB – Agence d'Information du Burkina

L’attaque terroriste de Seytenga domine la Une des quotidiens burkinabè

Burkina-Presse-Revue

L’attaque terroriste de Seytenga domine la Une des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 14 juin 2022 (AIB)- Les journaux burkinabè de ce mardi commentent largement l’attaque terroriste de Seytenga (Sahel), perpétrée par des Hommes armés non identifiés (HANI) dans la nuit de samedi 11 juin à dimanche 12 juin 2022 ayant occasionné, selon le gouvernement, la mort d’une cinquantaine de civils.

« Attaque populations civiles à Seytenga : Le gouvernement avance 50 morts », affiche à sa Une, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso, L’Observateur Paalga.

Le journal rapporte que diverses sources avaient fait courir sur les réseaux sociaux des chiffres apocalyptiques relatifs à l’attaque terroriste de Seytenga dans la province du Séno (Sahel) dans la nuit du 11 au 12 juin.

Selon lui, le gouvernement a annoncé hier lundi à Ouagadougou, au cours d’un point de presse, un bilan provisoire de 50 corps, après le forfait des Hommes armés non identifiés (HANI)

Le confrère précise également que le bilan est très lourd selon certaines  personnes-ressources de la localité.

Le  quotidien privé Le Pays, de son coté, fait état d’un bilan officiel de 55 morts dans l’attaque de Seytenga.

Le quotidien national Sidwaya, pour sa part, fait cas de 3 173 personnes déplacées à Dori, dans le cadre des actes «barbares» des terroristes dans ladite localité.

Le journal privé L’Express du Faso édité à Bobo-Dioulasso laisse voir à sa première page : « Attaque de Seytenga : Je vous assure que l’armée fait tout son possible ».

Au sujet de la lutte contre le terrorisme, le quotidien privé L’Observateur commente les propos du Chef d’état-major de la gendarmerie nationale , Evrard Somda (CEMGN), tenus hier lundi au camp Paspanga de Ouagadougou, au cours d’une cérémonie d’hommage, aux braves Forces de défense et de sécurité (FDS).

A l’en croire,  M. Somda a exhorté, à travers un «slam», le porte-parole du gouvernement, à aller dire au président du Faso, le lieutenant-colonel, Paul-Henri Sandaogo Damiba qu’il a besoin de moyens pour ses hommes.

A propos, Le journal privé Le Pays s’appesantit sur les propos, d’un ancien cadre du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), Léonce Koné qui soutient qu’il est humiliant de cacher les succès militaires pour ne pas exaspérer l’ennemi.

Agence d’information du Burkina

NO/ata/ak

Quitter la version mobile