Site icon AIB – Agence d'Information du Burkina

Burkina : des étudiants pointent du doigt la responsabilité de l’Etat dans le décès d’un des leurs

Burkina-Université-Koudougou-Etudiant-Décès-Déclaration

Burkina : des étudiants pointent du doigt la responsabilité de l’Etat dans le décès d’un des leurs

Ouagadougou 18 mai 2022 (AIB)- L’Association nationale des étudiants burkinabè (ANEB) a indiqué mercredi que le décès de l’étudiant  Tenipaguiba Tankoano survenu hier des suites de « bousculade » au restaurant universitaire à  Koudougou (Centre-ouest), est dû au contingentement des plats servis dans ce restaurant.

« Cette situation malheureuse que vient de vivre les étudiants de l’UNZ (Université Norbert Zongo, Ndlr), n’est rien d’autre que la conséquence logique de l’insuffisance du nombre de plats dans les restaurants universitaires », a déploré le comité exécutif de l’Association nationale des étudiants burkinabè (ANEB), section Koudougou, dans une déclaration dont l’AIB a obtenu copie.

Selon le mouvement estudiantin, 8.666 plats qui sont servis journalièrement pour un besoin de 60 000 personnes à l’Université Norbert Zongo.

Cette déclaration de l’ANEB fait suite au décès de l’étudiant Tenipaguiba Tankoano survenu hier des suites de « bousculade » dans les rangs au restaurant universitaire-GEGA, de l’Université Norbert Zongo (UNZ) de Koudougou .

L’ANEB y déclare avoir dénombré, à la date du 18 mai 2022, quatre  cas d’évanouissements d’étudiants dans ce même restaurant, tous liés à des bousculades.

Tout en présentant leurs condoléances à la famille du défunt, à ses amis et promotionnaires ainsi qu’à toute la communauté universitaire, l’ANEB/Koudougou,  déclare tenir pour seuls responsables du décès de l’étudiant TANKOANO Tenipaguiba, le service social (CROUK) et le ministère en charge de l’enseignement supérieur (MESRI).

Pour l’ANEB, il est plus qu’urgent, que les autorités se penchent avec sérieux sur la question des restaurants universitaires, des œuvres sociales dans leur ensemble, pour éviter à l’avenir de tels drames.

En attendant, le mouvement a demandé l’ouverture d’une enquête pour situer les responsabilités.

Agence d’information du Burkina

KR/ata/ak

Quitter la version mobile