Site icon AIB – Agence d'Information du Burkina

Education : La CEB de Fada N’Gourma dresse le bilan du premier trimestre 2021-2022

Vue des participants à cette séance de travail.

Burkina-Education-Rencontre

Education : La CEB de Fada N’Gourma dresse le bilan du premier trimestre 2021-2022

Fada N’Gourma, (AIB)-Disparité du niveau des apprenants à cause de l’arrivée des élèves PDI, négligence des disciplines dites mineures, insuffisances  dans la préparation des leçons et l’élaboration des items…, la Circonscription d’Education de Base de Fada N’Gourma (CEB) a fait le mercredi 2 février 2022, son autocritique du premier trimestre et proposer des solutions pour y remédier.

 La Circonscription d’Education de Base de Fada N’Gourma a tenu une  séance de travail le mercredi, 2 février 2022, avec les directeurs d’école et les enseignants titulaires de classe du cours moyen deuxième année (CM2) dans la cité de Yendabili, dans le but de faire le bilan des activités pédagogiques du 1er trimestre de l’année scolaire 2021-2022.

A l’entame de la rencontre-bilan, le chef de Circonscription d’Education de Base de Fada N’Gourma, Hadi Idani  a reconnu la résilience et le dévouement de ses agents sur  le terrain dans le travail déjà abattu.

Hadi Idani , Chef de Circonscription d’Education de Base de Fada N’Gourma en face de ses enseignants pour un bilan en mi-parcours.

L’encadreur pédagogique Bapouguini Ouali  est revenu en long et en large sur les  points forts et les  faiblesses constatés dans la pratique quotidienne lors des  visites  des classes.

Des difficultés dans la pratique des classes, on a noté la course dans l’exécution du programme d’enseignement, la négligence de l’enseignement des disciplines dites mineures (le  sport, le dessin, la récitation/chant…).

Vue des encadreurs pédagogiques lors du bilan en mi-parcours des activités pédagogiques.

Des insuffisances  dans la préparation des leçons et l’élaboration des items, les difficultés liées au co-enseignement   font partie aussi des faiblesses  relevées par les encadreurs pédagogiques.

L’élaboration des affichages règlementaires  constitue un casse-tête  aux praticiens, ont indiqué les encadreurs pédagogiques.

L’arrivée des élèves déplacés internes du fait de  l’insécurité  rend ardue la tâche de l’enseignant à  cause de la disparité du niveau des apprenants, ont-ils  ajouté.

Pour surmonter toutes ces difficultés et rendre digeste  l’enseignement, les encadreurs, ont tour à tour, proposé des stratégies de remédiation aux praticiens de classe.

Ainsi, ils ont signifié que le tutorat, la pédagogie différenciée  et la valorisation des disciplines dites  mineures aideront les titulaires des classes du CM2 à améliorer  leur prestation régalienne.

Viviane Tiwendé Tougma : «Ce cadre d’échanges me permettra d’améliorer ma pratique- classe».

L’élève-Inspecteur de l’Enseignement primaire Christian Madiéga, dans le cadre de changement de paradigmes,  a invité les praticiens d’accorder de l’importance aux activités ludiques qui donnent l’occasion à l’enfant  d’apprendre à sauter, à danser et à  rire. Ces activités bien menées, a soutenu  ce stagiaire, constituent une prise en charge psycho-sociale aux élèves déplacés internes du fait de l’insécurité.

Viviane Tidwendé Tougma , enseignante titulaire du CM2 de l’école Bansoundi « A»  a salué la présente séance de travail à sa juste valeur. Car ce cadre d’échanges, selon elle, lui a permis d’apprendre des stratégies et des techniques d’enseignement qui vont sans doute changer  sa pratique en classe.

La Circonscription d’Education de Base de Fada N’Gourma a aussi dressé des activités en perspective comme l’organisation des journées pédagogiques, des formations sur l’enseignement de la rédaction à l’école primaire.

Agence d’information du Burkina

Kanliéyama Aboubakar COMBARY

Quitter la version mobile