Burkina-Presse-Revue

Burkina : Santé, justice et société au menu des médias en ligne

Ouagadougou, le 15 janv. 2022 (AIB)- Les médias en ligne du Burkina Faso commentent l’actualité nationale dominée par des faits de société et de justice, sans oublier la santé marquée par la recrudescence de la pandémie à coronavirus et l’apparition de la grippe aviaire.

Burkina24.com titre : « Grippe Aviaire au Burkina : 500 000 volailles mortes et plus de 1 300 000 plaquettes d’œufs perdues  », relatant que le ministre en charge des ressources animales a animé un point de presse ce vendredi 14 janvier 2022.

A en croire le média en ligne, il s’est agi pour Moussa Kaboré de donner des informations sur la grippe aviaire déclaré au « pays des Hommes intègres ».

A ce propos, Lefaso.net affiche : «Grippe aviaire au Burkina : 42 foyers confirmés dans sept régions  », tandis que Wakatsera.com se contente de titrer : « Santé: la grippe aviaire déclarée au Burkina Faso ».

Pendant ce temps, Zoodomail.com publie une déclaration en date du 13 janvier 2022 et signée du ministre en charge des ressources animales, Moussa Ouédraogo, sous le titre : « Déclaration de la Grippe aviaire : le gouvernement invite l’ensemble de la population et les aviculteurs à une franche collaboration avec les services vétérinaires ».

Ouaganews.net abonde dans le même sens en faisant remarquer qu’au sujet de la Grippe aviaire au Burkina Faso, le gouvernement invite les aviculteurs à déclarer toute mortalité suspecte de volaille.

Quant à Faso7.com, il mentionne qu’au Burkina Faso « les autorités (sont) préoccupées par la covid-19 et la grippe aviaire ».

Le site d’information précise qu’au cours de la conférence de presse tenue, hier, à Ouagadougou, « le ministre de la Santé, Charlemagne Ouédraogo a annoncé que le Burkina Faso a enregistré à la date du 12 janvier 2022, 20 045 cas confirmés de Covid-19, 339 décès et 18 355 patients guéris  ».

Lefaso.net revient à la charge en mettant en exergue : « Covid-19 au Burkina : 168 décès enregistrés parmi 462 patients présentant des formes graves ».

A en croire le confrère, selon le gouvernement burkinabè, cela représente 5,61% de la population cible en général et 11,70 % de la cible de 18 ans et plus.

« Pourtant, le pays a enregistré 168 décès parmi 462 patients présentant des formes graves, depuis le début de la maladie, le 9 mars 2020 », écrit Lefaso.net rapportant les propos du ministre de la santé.

Sous un autre chapitre, Wakatsera.com renseigne que le Directeur général de l’École nationale de santé publique (ENSP), Dr Émile Paré qui est, par ailleurs, un cadre du parti au pouvoir, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), et son Directeur de l’administration et des finances (DAF) ont été placés en garde à vue «pour un détournement supposé de frais de missions ».

A ce sujet, Faso7.com informe que Interpellé et gardé à vue par la gendarmerie nationale depuis le 11 janvier 2022, pour avoir perçu de façon illégale, 700 mille FCFA de frais de mission sans avoir effectué le déplacement, le Docteur Emile Pargui Paré, a rejoint son domicile ce vendredi 14 janvier 2021.

Dans sa rubrique ‘’Devant le tribunal’’, Zoodomail.com rapporte que pour avoir entretenu une relation amoureuse avec une fille de 15 ans,  Ibra (nom d’emprunt) comparaissait  devant le Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou, le 13 janvier 2022 pour s’expliquer.

Selon le journal en ligne, « répondant ainsi des faits de détournement de mineur, le prévenu a écopé d’une peine d’emprisonnement de 12 mois dont cinq ferme et une amende de 500 000 franc assortie du sursis ».

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here