Site icon AIB – Agence d'Information du Burkina

Environnement : Notre nature se détériore à cause de l’action de l’Homme (Doctorant)

Burkina-Développement-Environnement-Sciences

Environnement : Notre nature se détériore à cause de l’action de l’Homme (Doctorant)

Ouagadougou, 25 déc. 2021 (AIB)-Le Doctorant Issa Bado, a affirmé vendredi à Ouagadougou que l’action de l’Homme est la cause de la détérioration de la nature et il prône la biodiversité.

« Notre nature qui doit nous aider à régler la question du changement climatique est en train de se détériorer à cause de l’action de l’Homme, c’est ce qui fait qu’on parle de plus en plus de biodiversité », a affirmé le doctorant en droit international de l’environnement, Issa Bado.

Issa Bado est spécialiste de programme, négociations internationales, environnement et développement durable.

Il s’exprimait vendredi, dans les locaux de l’Agence d’information du Burkina (AIB) sur les questions de changement climatique et de biodiversité.

Selon lui, le « monde court un risque sans précédent ». « De plus en plus, vous entendez parler des changements climatiques, de perte de croissance de la biodiversité. Aujourd’hui, on le vit à Ouagadougou, on le vit dans beaucoup de pays » a souligné Issa Bado.

Pour M. Bado, 151 Etats ont soumis des contributions nationales lors de la 26è conférence des Nations Unies sur le climat tenue du 1er au 13 novembre 2021 à Glasgow, en Écosse, au Royaume-Uni.

Il a expliqué que « cette conférence a permis aux pays du monde de s’accorder sur la nécessité de poursuivre le dialogue ».

« Des décisions ont été adoptés (au cours de la conférence) pour renforcer la coopération et permettre aux pays de porter des projets pertinents en vue de lutter contre les changements climatiques » a-t-il annoncé.

Selon Issa Bado, les pays comme le Burkina Faso ne sont pas les plus grands émetteurs de gaz à effet de serre.

Pour réduire ces phénomènes, le doctorant propose aux pays de construire une industrie qui prend en compte les besoins du moment à savoir les investissements dans le domaine des énergies renouvelables.

Ces pays doivent également faire en sorte que tous les équipements utilisés ne contribuent pas à l’émission du gaz à effet de serre, a souligné M. Bado.

Agence d’information du Burkina

OSY/RYS/wis 

Quitter la version mobile