Burkina-Religion-Séminaire-Anniversaire

Burkina : Le Petit séminaire de Nasso célèbre son jubilé d’albâtre

Bobo-Dioulasso, 06 déc. 2021 (AIB)-Le Petit séminaire des jeunes de l’Immaculé conception de Nasso a célébré, du jeudi au samedi dernier, son jubilé d’albâtre (75e anniversaire).

« 75 ans ce n’est pas 75 jours, d’où cette halte pour rendre grâce à Dieu » a déclaré l’archevêque de Bobo-Dioulasso, Paul Ouédraogo.

Pour lui, depuis sa création en 1946, le Petit séminaire forme des jeunes des diocèses du Burkina Faso, du Mali et de la Guinée, à découvrir leur vocation.

L’archevêque s’exprimait, lors de la célébration du 75e anniversaire du Petit séminaire des jeunes de l’Immaculé conception de Nasso.

La cérémonie s’est tenue sous le thème : « 75 ans de grâces, héritiers de la jolie Nasso, à Dieu toute la gloire pour un renouveau missionnaire ».

A l’occasion, l’archevêque de Bobo-Dioulasso a célébré une messe d’action de grâce, en présence des prêtres, séminaristes, anciens séminaristes et leurs parents.

« Nous rendons grâce à Dieu, car il a permis de célébrer le jubilé avec des témoins des premiers moments », a confié le prélat.

Mgr Paul Ouédraogo a soutenu que le séminaire ne forme pas que des prêtres.

« Il a donné aussi des médecins, des professeurs d’universités, des opérateurs économiques, des hauts cadres de l’armée et des magistrats », a-t-il ajouté.

L’archevêque a indiqué que le séminaire a donné de nombreux prêtres et 14 évêques à ces trois pays.

Parmi les pionniers, dit-il, on peut citer Mgr Anselme Titianman Sanon, entré en 1948, Mgr Jean Marie Compaoré et l’évêque de Manga, Wenceslas Compaoré.

La célébration des 75 ans du Petit séminaire de Nasso s’est déroulée sous le thème « 75 ans de grâces, héritiers de la jolie Nasso, à Dieu toute la gloire pour un renouveau missionnaire ».

Au-delà du Burkina Faso, Mgr Philippe Kourouman (Guinée) et Mgr Joseph Dao (Mali), tous décédés, y ont également été formés.

A croire, l’homme de Dieu, le parrain du jubilé, le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, et le coparrain Pr Michel Akotionga, sont tous deux, issus de ce séminaire.

Pour Mgr Ouédraogo, les noces d’albâtres ne sont pas une fin en soi, parce que les noces d’eau (le centenaire) commencent aujourd’hui.

C’est pourquoi, il a lancé un appel aux séminaristes, aux anciens, aux parents et aux formateurs à préparer les premiers pas du centenaire à venir.

« Le séminaire doit rester une maison de référence, de formation intellectuelle et d’éducation et donner davantage d’ouvriers pour le champ du seigneur », a-t-il conclu.

Le Petit séminaire des jeunes de l’Immaculé conception de Nasso a été fondé en 1946 par Mgr André Dupont.

Agence d’information du Burkina

BJMT/HB/wis

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here