Burkina-Presse-Revue

Burkina : Politique, justice et société en exergue dans la presse burkinabè

Ouagadougou, 30 nov. 2021 (AIB)- Les journaux burkinabè de ce mardi continuent de commenter le procès relatif à l’assassinat de Thomas Sankara, sans oublier la situation socio-politique assez tendue.

« Opération mains propres : Prési, la semaine a débuté », arbore, à travers une chronique, L’Express du Faso, quotidien privé édité à Bobo-Dioulasso, la capitale économique du Burkina Faso.

Le journal rappelle que le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a annoncé des mesures fortes, au cours d’un message aux Burkinabè tard le jeudi 25 novembre dernier.

A en croire L’Express du Faso, « les Burkinabè attendent avec impatience cette opération mains propres qui va permettre à ceux qui ont effectivement des mains sales de les laver, à défaut on les lavera à leur place ».

Pour sa part, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso, comme pour justifier que l’opération mains propres a débuté, informe que le Président du conseil régional (PCR) des Cascades, N’Golo Drissa Ouattara est placé en garde à vue, dans la soirée du 29 novembre.

Le confrère croit savoir que « le richissime opérateur économique », selon des sources concordantes, aurait été entendu dans le cadre de l’affaire qui défraie la chronique dans la cité du Paysan noir, suite à une révélation du journal Le courrier confidentiel et relative à l’achat d’un véhicule V8.

Le même journal renseigne que le secrétaire exécutif du Mouvement ‘’Sauvons le Burkina Faso’’, Mamadou Drabo, a été interpellé, hier lundi à Ouagadougou, suite à la manifestation d’humeur du samedi 27 novembre.

De son côté, Le Pays, autre quotidien privé, dans sa rubrique ‘’Révélations’’, titre : « Situation nationale : Pascal Zaïda (responsable de mouvement de la société civile, Ndlr) aux arrêts ».

Abordant le procès de l’assassinat de Thomas Sankara, le même journal met en exergue les propos du témoin Ernest Nogma Ouédraogo qui a déclaré, hier à la barre : « Je n’ai participé à aucun coup d’Etat, tout cela m’est étranger ».

A ce sujet, le quotidien national Sidwaya rapporte que le procès du dossier Thomas Sankara et 12 autres victimes s’est poursuivi lundi 29 novembre 2021 au Tribunal militaire de Ouagadougou avec les auditions des témoins, Philippe Ouédraogo et Ernest Nongma Ouédraogo, ancien ministre de la Sécurité sous le Conseil national de la révolution (CNR).

En politique, Sidwaya affiche : « Mise en œuvre du second compact : la vice-présidente du MCC échange avec le président du Faso », revenant sur l’audience accordée par le président Roch Kaboré à Mme Fatema Sumar.

Pendant ce temps, Le Pays, dans sa rubrique ‘’Mardi politique’’, donne la parole à Léonce Koné, président du Mouvement rupture positive/3R  qui dit : « On a l’impression que les dirigeants actuels vivent dans la hantise permanente de voir se répéter ce qu’ils ont eux-mêmes fait pour arriver au pouvoir ».

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here