Burkina-Presse-Revue

Burkina : Marche, oral au Parlement et Kundé au cœur des journaux burkinabè

Ouagadougou, 29 nov. 2021 (AIB)- Les journaux burkinabè de ce lundi traitent de la marche contre la dégradation de la situation sécuritaire, de l’oral des ministres de la Défense et de la sécurité au Parlement et du sacre de Donsharp de Batoro au Kundé 2021.

Le quotidien privé burkinabè paraissant à Bobo-Dioulasso (capitale économique du pays) titre : « Marche contre l’insécurité : Course-poursuite à Ouaga, Pluie de grenades lacrymogènes à Bobo, ville morte à Banfora ».

Le journal rapporte que « des Burkinabè ont manifesté (samedi) pour demander la démission du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré face à l’insécurité grandissante au Burkina Faso ».

C’est à 8 heures 56 minutes, que retentissent les premiers tirs des gaz lacrymogènes relate le quotidien privé Le Pays.

Cela  à la suite à l’échec des négociations entre la gendarmerie et les manifestants, les premiers voulant que les seconds quittent la place de la Nation de Ouagadougou.

Il s’en est suivi un face à face entre les deux partis et un manifestant a scandé « On ne recule pas ».

Les manifestants seront néanmoins repoussés jusqu’au rond-point des cinéastes mais ils ne se laissent pas pour autant faire, ouvrant plusieurs fronts avec la volonté d’en découdre avec les Forces de l’ordre.

Le quotidien public Sidwaya, lui retranscrit les propos d’une marcheuse, « Anaïs Drabo, (vêtu) d’un jean noir et tee-shirt aux symboles du mouvement ‘’Sauvons le Burkina Faso’’ » s’adressant aux Forces de l’ordre.

« Je suis sortie pour marcher parce que je suis femme de Forces de Défense et de sécurité (FDS) et je n’ai pas envie d’être veuve. (…) Aujourd’hui, je suis prête, et je vais marcher. Je suis là, je ne bouge pas », a-t-elle expliqué au gendarme.

Le journal précise que « si la première salve de gaz lacrymogène a été lancée par la gendarmerie, c’est bien les unités de la Brigade anti-criminalité (BAC) et de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) qui ont ‘’martyrisé’’ les yeux et les narines des manifestants avec leurs fameux projectiles larmoyants ».

Le doyen des quotidiens privés burkinabè L’Observateur Paalga dans sa parution du jour évoque la réaction du gouvernement sur la marche.

Dans les colonnes du journal, le ministre de la Sécurité Maxime Koné « regrette le caractère violent pris par les marches à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso avec des actes de vandalisme constatés ».

« Nous avons pu identifier certains meneurs et des instigateurs.  Le procureur du Faso a été saisi. Nous allons travailler à ce que ceux qui ont appelé à la marche, ceux qui ont soutenu la marche puissent répondre », a-t-il promis.

Les journaux burkinabè de ce lundi parlent aussi d’un autre sujet lié au premier par la situation sécuritaire qui a connu une dégradation ces dernières semaines.

Il s’agit des questions orales des députés burkinabè sur la stratégie gouvernementale pour lutter contre le terrorisme qui semble gagner du terrain au Burkina Faso.

Sur le sujet, l’Observateur Paalga relève « 6 heures de face-à-face entre le ministre de la Défense et les députés », le vendredi dernier au Parlement.

6 heures, au cours desquelles, le ministre en charge de la Défense, le général de brigade Aimé Simporé a affirmé que « l’armement utilisé par les groupes armés est sur plusieurs gammes mais les FDS en ont des gammes de très haut niveau ».

Il a reconnu que « la psychose des engins explosifs  est là » mais rassuré que le gouvernement travaille « à y faire face ».

« Des engins de détection et de déminage plus perfectionnés seront acquis, en plus de cela, nous vous présenterons bientôt des moyens aériens et bien d’autres », a-t-il promis.

Dans le quotidien public Sidwaya, le ministre Aimé Simporé annonce « l’adoption d’une politique de sécurité nationale qui, sur la base d’une analyse objective, propose des leviers sur lesquels se baser pour faire du Burkina à l’horizon 2050, une nation paisible et stable ».

Dans le quotidien privé Le Pays, le ministre Aimé Simporé reconnait que la cohésion des Forces armées nationales « a bien été malmenée par les contingences de la vie politique nationale », malgré les efforts fournis par le commandement.

« Nous travaillons à développer une nouvelle dynamique à travers le renouvèlement de la chaine de commandement et la mise en place d’un plan de communication », a-t-il laissé entendre.

Autre sujet du jour traité, c’est le sacre du slameur-parolier Donsharp de Batoro qui remporte l’or aux Kundé 2021, nous informe le quotidien privé Le Pays.

« Je le dédis à mon père qui n’est plus de ce monde. A ma mère, à mes amis, à mon arrangeur qui a passé 9 mois sur l’album », s’est réjoui l’artiste qui remporte également le Kundé du meilleur clip vidéo relève le journal.

Selon le quotidien public Sidwaya, le Kundé d’or 2021 Donsharp de Batoro remporte « un iPhone 13, la somme de 1,5 million F CFA, un billet d’avion Air Burkina et pleins d’autres lots ».

Cette 20è édition des Kundé s’est tenue sous le thème « Résistance et résilience, le Burkina reste debout », note le doyen des quotidiens L’Observateur Paalga.

Dans les colonnes de ce journal, le promoteur des Kundé, Salfo Soré, dit Jah Press estime que la tenue de cet évènement dans ce contexte « difficile » marqué par des attaques  persistantes des terroristes, est un « pari réussi ».

Agence d’information du Burkina

WIS/az

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here