Burkina-Insécurité-Manifestations

Burkina : La marche contre la dégradation de la situation sécuritaire peu suivie à Kaya

Kaya, 27 nov. 2021, (AIB)- La population de la région du Centre-nord n’a pas répondu favorablement, ce samedi, à l’appel à manifester contre la dégradation de la situation sécuritaire au Burkina Faso, lancé par certaines organisations, a-t-on constaté sur place.

Hormis quelques jeunes manifestants à motos qui ont sillonné les grandes artères de la ville et qui ont été dispersés par la police nationale, aucun leader des partis politiques et Organisation de la société civile (OSC) de Kaya n’a été observé sur la place Naaba-Oubri, lieu de départ de la marche, dans cette matinée.

Dans la ville de Kaya, la police a fait la ronde sans rencontrer de manifestants. Les activités commerciales se déroulaient normalement.

Les boutiques et alimentations, stations d’essence, banques et transports en commun fonctionnaient normalement.

La circulation dans les grandes artères était fluide. Les Kayalais vaquaient  tranquillement à leurs occupations.

Un leader de l’appel de Kaya contacté au téléphone tard dans la nuit du vendredi, a fait savoir que les pionniers de la marche ne s’accordaient pas sur l’organisation et le discours à tenir auprès des autorités régionales.

Les artères de la ville de Kaya étaient désertes cette matinée de samedi à constaté le correspondant de l’AIB

« Les marcheurs disent qu’ils n’ont pas besoin de discours à adresser aux autorités compétentes, car elles sont déjà au courant de leurs préoccupations, notamment l’insécurité », a-t-il déclaré.

Il a poursuivi que les leaders de la marche sont proches du secrétaire général du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP-ex parti au pouvoir), nommé Santé.

Pour lui, « la marche contre l’insécurité n’a pas de coloration politique et n’est pas contre le régime Roch (président Kaboré) ».

Selon des témoignages, c’est un silence radio chez les habitants de Kongoussi et Boulsa, les deux autres chefs lieux de province de la région du Centre-nord.

A les entendre, ni les forces de l’ordre ni les populations de Kongoussi n’ont été aperçues dans la ville.

En rappel, le jeudi dernier, les commerçants avaient signalé que leurs lieux de vente (grand marché) ne seront pas fermés.

Ils ont même mis en garde toute personne qui osera saccager ou vandaliser leurs produits commerciaux.

Agence d’information du Burkina

ES/Hb/wis

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here