Burkina-Assainissement-Eau-Programme

Dédougou : Le ministère de l’Assainissement lance la construction de 50 milles latrines familiales

Dédougou, 24 nov. 2021 (AIB)-Le ministère de l’Eau et de l’assainissement a lancé vendredi, les travaux de réalisations de 50 milles latrines familiales, à l’occasion de la commémoration des journées mondiales des toilettes et du lavage des mains.

« La commémoration couplée de ces journées représente une occasion d’informer le public sur le rôle crucial que jouent les ouvrages d’assainissements et l’adoption de bonnes pratiques d’hygiènes sur la santé et le bien-être des populations », a déclaré le ministre de l’Eau et de l’assainissement, Ousmane Nacro.

M. Nacro s’exprimait vendredi, à l’occasion de la commémoration conjointe de la journée mondiale des toilettes et celle du lavage des mains sous le thème : « Notre avenir est à portée de mains, avançons ensemble ».

Une commémoration marquée par le lancement de la construction de 50 milles latrines familiales dans le cadre du Programme d’approvisionnement en eau et assainissement (PAEA).

Selon le ministre Nacro, se soulager dans les toilettes et se laver régulièrement les mains, doit être un réflexe de tous les jours.

Le Programme d’approvisionnement en eau et assainissement (PAEA), est un programme du ministère du même nom pour opérationnaliser le droit d’accès à l’eau potable et à l’assainissement en milieu urbain et en milieu rural au Burkina Faso.

C’est la Banque mondiale qui soutient la mise en œuvre du Programme dont la spécificité de financement est au résultat.

« En dépit des efforts de l’Etat et de ses partenaires, les indicateurs en matière d’accès à l’assainissement demeurent très faibles au Burkina, avec un taux de 25,3% en 2020 » a ajouté le ministre.

Il a précisé que c’est environ 15,7 millions de Burkinabè qui n’ont toujours pas accès à un service adéquat d’assainissement.

Le ministre a salué la contribution de la Banque mondiale au Programme, qui permettra de booster l’accès des populations à l’assainissement.

Il a exhorté les populations et les autorités des régions bénéficiaires à accompagner les prestataires dans la réalisation des infrastructures.

La Représentante résidente de la Banque mondiale au Burkina, Maïmouna Mbow Fam, chef de file des partenaires techniques et financiers (PTF) intervenant dans le domaine, a rappelé que sur environ un million de personnes qui consultent pour motif de diarrhées, 690 milles sont des enfants de moins de cinq ans.

Elle a réitéré l’engagement des  PTF à accompagner le gouvernement dans ses opérations de délivrance des services d’assainissement, d’hygiène et d’eau.

« Le lavage des mains au savon et un moyen de lutte contre les maladies épidémiques telles la COVID-19 et le choléra. Il peut aider à réduire de 30%, les maladies diarrhéiques », a souligné la représentante.

Pour elle, cette pratique doit être maintenue, en tirant leçon de la lutte contre la COVID-19 afin de bâtir l’avenir.

Le maire de la commune de Dédougou, Karim Lomboza Kondé, a relevé que les besoins en infrastructures d’assainissement sont encore énormes au niveau des populations.

Pour lui, beaucoup d’efforts restent à être consenti dans la région et invite les partenaires techniques et financiers qui peuvent s’investir dans ce domaine à y penser.

Le Programme d’approvisionnement en eau et assainissement (PAEA), a réalisé 50 milles latrines familiales et plus de 10 milles cabines de latrines communautaires dans les régions d’intervention du programme en milieu rural, notamment les Hauts Bassins, les Cascades, la Boucle du Mouhoun et le Sud-Ouest.

Agence d’information du Burkina

AS/hb/wis

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here