Burkina-Justice-Ouest-AssisesCriminelles

Burkina/Cascades : Une mère ‘’tue’’ sa fille en voulant la faire avorter

Ouagadougou, 22 nov. 2021 (AIB)-La Chambre criminelle de la Cour d’appel de Bobo-Dioulasso siégeant à Banfora, dans la région des Cascades, a jugé une mère pour la mort de sa fille suite à un avortement.

 

Les faits remontent à l’année 2010 où une ‘’petite’’ fille de la classe de 4ème dans un collège de la Comoé tombe enceinte.

La génitrice, se voyant déshonorée et ne voulant pas que le père soit au courant de cette grossesse qui serait mal acceptée par ses proches et leur  entourage, opte pour l’avortement.

Aussitôt, elle rentre en contact avec sieur Kodjo, un septuagénaire de nationalité étrangère, qui accepte avorter l’élève moyennant la somme de 15 000 FCFA.

Après l’absorption de mixture par la jeune fille et l’introduction d’une poudre faite sous forme de suppositoire dans son appareil génital, la pauvre demoiselle décéda deux jours plus tard.

Interpellés, les mis en cause, à savoir la mère de l’enfant et Kodjo, ont reconnus leur rôle dans cet avortement qui a tourné au drame.

Selon le Ministère public, Kodjo a déclaré en enquête pratiquer l’avortement depuis l’an 2000 mais sans causer la mort d’une de ses «patientes».

Le sieur Kodjo n’était pas comparent au moment du jugement. La maman de la fille qui a comparu en tant que témoin, a semblé ne plus se souvenir des faits quand le Procureur a voulu lui poser des questions.

Exacerbé, il lui a lancé ceci « tu as la chance que les faits sont prescrits, sinon…».

Il faut dire que la maman n’a jamais été du tout inquiétée dans cette affaire, car elle n’a jamais fait un jour de cellule.

Rappel, l’avortement est un crime réprimandé au Burkina Faso, et les coupables sont passibles d’une peine d’emprisonnement. Cependant, la loi burkinabè l’autorise dans les cas suivants : grossesse contractée suite à un viol, à une inceste ou grossesse présentant un danger pour la vie de l’enfant ou de la mère.

Agence d’Information du Burkina

my/ata

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here