Burkina-Santé-

Burkina : les spécialistes en médecine interne échangent pour une meilleure prise en charge de la COVID 19

Ouagadougou, 16 nov. 2021 (AIB)-La Société de la médecine interne du Burkina Faso (SOMI-BF) a tenu son deuxième congrès scientifique à Bobo-Dioulasso, du jeudi au samedi dernier, sous le thème « Médecine inter et COVID-19 ».

Pendant trois jours, les spécialistes de la médecine interne du Burkina et leurs collègues venus de six pays de la sous-région (Sénégal, Guinée, Mali, Côte d’Ivoire, Bénin, Cameroun) se sont réunis dans la capitale économique du Burkina Faso, Bobo-Dioulasso, pour mettre en commun leurs expériences dans la prise en charge de la maladie à coronavirus.

C’était à l’occasion du deuxième congrès scientifique de la Société de la médecine interne du Burkina Faso (SOMI-BF), tenu du jeudi 11 au samedi 13 novembre dernier, autour du thème « Médecine inter et COVID-19 ».

« Nous avons traité des patients qui présentaient des comorbidités, c’est-à-dire des patients qui avaient le coronavirus associé à un diabète sucré ou à d’autres maladies chroniques », a déclaré le président du SOMI-BF, Pr Yousouf Joseph Drabo.

« Nous avons traité des patients qui présentaient des comorbidités », a déclaré le président du SOMI-BF, Pr Yousouf Joseph Drabo

« Il s’agit donc au cours de ces travaux, de livrer les résultats de nos expériences concernant la prise en charge de ces patients qui avaient la COVID-19 », a-t-il ajouté.

A le croire, cette rencontre a ainsi permis aux médecins internes et experts de la sous-région de sensibiliser le corps médical sur le dépistage précoce et la prise en charge de la COVID-19.

Les congressistes ont aussi identifié des stratégies pour accompagner les gouvernements en vue d’une meilleure couverture vaccinale et d’assurer la formation continue, a informé le président du SOMI-BF.

Selon le ministre de la Santé, Pr Charlemagne Ouédraogo, par ailleurs co-président du congrès,  ce dernier « constitue un excellent cadre de sensibilisation pour le changement de comportement continu des populations ».

Il a rassuré que son département restera attentif aux conclusions de ce rendez-vous des internistes.

Pour  le ministre en charge de la Recherche scientifique, Pr Alkassoum Maïga, également co-président du congrès, c’est un important rendez-vous de mise en commun des résultats des travaux qui contribueront à améliorer la prise en charge de la COVID-19.

« Il est plus que nécessaire de conjuguer les efforts pour freiner la propagation du coronavirus aux conséquences sociales et économiques désastreuses », a soutenu sa collègue de l’Economie numérique, Hadja Fatimata Ouattara.

Au cours du congrès, les spécialistes de la médecine interne, exerçant en étroite collaboration avec d’autres spécialistes, tels les réanimateurs, les infectiologues, les pneumologues, etc, se sont également intéressés à la collaboration interdisciplinaire, selon Dr Drabo.

Agence d’information du Burkina

KF/KR/wis

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here