Burkina-Yako-Festival-Détenus-Solidarité

Yako : Un festival pour communier avec les pensionnaires de la maison d’arrêt

Yako, 14 nov. 2021 (AIB)-L’Association « African culture » en collaboration avec la direction de la maison d’arrêt et de correction de Yako (MACY) a organisé mercredi, au sein de l’institution, la 12ème  édition du « festival un vent de liberté pour les détenus ».

L’association « African culture » poursuit sa tournée annuelle de sensibilisation, de solidarité et de partage en faveur des détenus des maisons d’arrêt et de correction du pays.

A travers le « festival un vent de liberté pour les détenus », les organisateurs de l’évènement se sont retrouvés le mercredi dernier à Yako, pour dérouler son programme d’activités au grand bonheur des pensionnaires de l’institution carcérale dans cette localité de la région du Nord.

Au cours de la cérémonie, les bénéficiaires du festival ont eu droit à des causeries éducatives suivies d’une assistance judiciaire, des prestations d’artistes, des concours de danses mettant en exergue les talents des détenus.

Ils ont aussi eu droit à une visite guidée qui a permis aux autorités judiciaires, municipales et élus nationaux de découvrir les conditions de vie des détenus ainsi que les différentes activités menées en vue de leur insertion socio- professionnelle.

 

Selon le  promoteur du festival, Freeman Tapily, cette journée se veut un cadre de communion et de sensibilisation des détenus sur les fléaux tels que la consommation des stupéfiants ainsi que les bons comportements à adopter lorsqu’on est en situation de détention.

Pour cette 12ème édition, le choix de Yako,  à entendre les initiateurs de la journée, était dû au fait que cette localité du pays n’avait pas encore abrité le festival qui se tient chaque année et ce, de façon tournante dans l’ensemble des maisons carcérales du pays.

« Lorsque je visite une prison du pays, les autres établissements pénitentiaires  réclament le festival parce qu’ils en ont entendu parler. C’est pourquoi, nous avons porté le choix sur Yako pour cette édition » a justifié le premier responsable du festival.

Au regard de l’intérêt des principaux bénéficiaires et les responsables des acteurs de la justice dans la localité, les organisateurs du festival ont dit avoir atteint leurs objectifs en organisant le festival à Yako.

« Nous apprécions l’activité à sa juste valeur et surtout lorsqu’on s’en tient à la disponibilité du personnel de la maison et des autorités locales » a renchéri Freeman Tapily.

Pour l’honorable, Halidou Sanfo qui a représenté les deux autres élus nationaux de la province à cette activité dont ils sont tous les parrains, ce festival est pour eux, une façon de marquer leur solidarité, compassion et encouragement à l’endroit des détenus  qui se sont trompés, selon lui, à un moment de leur vie en posant des actes malencontreux vis-à-vis de la loi.

« Nous avons profité de l’occasion pour leur apporter des conseils afin qu’ils ne puissent pas retomber dans les  mêmes  erreurs une fois purger leurs peines » a déclaré l’honorable Sanfo.

Toutefois, le représentant du directeur de la maison d’arrêt et de correction de Yako (MACY) Ousmane Kaboré, s’est à son tour, réjoui de la qualité des causeries abordées par les organisateurs ainsi que les messages de réconfort qu’ont  apporté les différents intervenants. Il a ajouté que le festival va contribuer à redonner plus d’espoir et de vie aux détenus.

« Les festivités de cette journée ont permis aux détenus de se sentir encore plus  libre et de dire ce qu’ils pensent par rapport à leurs conditions de détention. Et cela va renforcer davantage leur réinsertion sociale »  a soutenu M. Kaboré.

Toutefois, il a tenu à adresser ses sincères félicitations aux organisateurs ainsi qu’aux trois élus nationaux de la province qui ont accepté d’associer leur image à cette activité.

« Je  les encourage à toujours œuvrer pour que cela soit une réalité dans toutes les prisons du pays. Et c’est le signe que les élus nationaux sont de cœur avec leurs frères et sœurs  qui sont dans les prisons » a conclu Ousmane Kaboré.

Agence d’information du Burkina

ZES/wis

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here