Burkina- Magistrature-Formation

Bobo Dioulasso : Une trentaine de magistrats outillés sur le nouveau guide de procédure disciplinaire

Bobo Dioulasso, 13 nov. 2021 (AIB)-Le Conseil supérieur de la magistrature (CSM), a formé à Dédougou pendant trois jours, du mercredi au vendredi, une trentaine de magistrats sur le nouveau guide de procédure disciplinaire de l’institution judiciaire.

La formation s’est déroulée en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Selon le président du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), Jean Mazobé Kondé, la formation se justifie en ce sens que « l’opinion reproche souvent aux magistrats des dérives éthiques et déontologiques ».

Le patron du CSM s’exprimait mercredi, à Dédougou, à l’ouverture d’une rencontre de formation de trois jours sur le nouveau guide de procédure disciplinaire au profit d’une trentaine de magistrats de la Cour d’appel de Bobo Dioulasso.

Pour lui, l’institution judiciaire a pris le problème à bras le corps par l’adoption d’un code déontologique des magistrats avec des ateliers de sensibilisation sur le guide de procédure disciplinaire.

M. Kondé a expliqué que les sessions de formation se poursuivront en fin novembre 2021 avec les magistrats de la Cour d’appel de Ouagadougou.

Ces dernières seront suivies par ceux de la Cour d’appel de Fada N’Gourma au mois de décembre prochain.

M. Kondé a précisé que les magistrats ont été aussi outillés sur le règlement de la commission d’admission des requêtes de l’institution judiciaire.

Jean Mazobé Kondé, a rappelé que plusieurs actions préventives ont été menées à travers des formations pour que la déontologie soit maitrisée et observée par tout magistrat.

A le croire, si des dysfonctionnements sont constatés, il faut passer au « curatif » par l’administration d’une thérapie dans le but de trouver des solutions correctives.

M. Kondé a également noté que la justice en général et la magistrature en particulier, font l’objet de beaucoup de critiques de la part des citoyens burkinabè.

« Ce n’est guère un souhait, ni un honneur de tenir un conseil de discipline afin que des magistrats viennent répondre devant leurs paires, de faits qui leur sont reprochés. Mais si le contexte l’exige, le CSM se fera le devoir d’y procéder en toute responsabilité », a- t-il soutenu.

Le président du CSM a indiqué que cette vulgarisation du nouveau guide de procédure disciplinaire rentre dans le cadre de son programme « Cohésion sociale, sécurité et Etat de droit (COSED)  au Burkina ».

En rappel depuis mars 2021, le CSM dispose d’un guide de procédure disciplinaire applicable aux magistrats et d’un règlement intérieur de la commission d’admission des requêtes.

Agence d’information du Burkina

AD/no/wis 

Photo : Lefaso.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here