Burkina-Elevage-Projet-Bilan

Bobo-Dioulasso : Un Projet régional d’appui au pastoralisme dresse son bilan avec ses acteurs

Bobo-Dioulasso, 12 nov. 2021 (AIB)-Le Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel-Burkina Faso (PRAPS-BF) a fait jeudi, le bilan de sa première phase arrivée à terme, lors d’une rencontre avec ses acteurs et parties prenantes de la région des Hauts-Bassins.

« Nous sommes soucieux de la transparence et nous sommes engagés à rendre des comptes à toutes les parties prenantes », a déclaré le ministre des Ressources animales et halieutiques, Dr Modeste Yerbanga.

Pour M. Yerbanga, l’impact du projet a contribué à développer durablement le secteur agro-Sylvo-pastoral, faunique et halieutique.

Le Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel a été créé à Nouakchott, en 2013 à l’issue d’une rencontre des chefs d’Etats des six pays sahélo-sahariens dont le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Tchad.

L’objectif, est de renforcer la résilience des sociétés pastorales sahélo-sahariennes.

Ce projet régional cible les populations dont les moyens de subsistance dépendent principalement des activités pastorales, en particulier les plus vulnérables, les jeunes et les femmes en premier lieu.

La première phase du Projet d’appui au pastoralisme au Sahel-Burkina Faso (PRAPS-BF) a débutée en 2016 et prend fin en 2021.

Pour cela, des rencontres-bilan ont été initiées à travers les régions d’intervention du projet que sont les Cascades, la Boucle du Mouhoun, les Hauts-Bassins, l’Est, le Nord et le Sahel.

Le ministre Yerbanga, s’est réjoui des investissements réalisés dans la région des Hauts-Bassins.

Le ministre des Ressources animales et halieutiques, Dr Modeste Yerbanga

 

« D’une façon générale, le projet a atteint un taux d’exécution de 94,4% », s’est félicité le ministre.

Pour le spécialiste du suivi-évaluation du PRAPS-BF, Bernard Konkobo, le Projet se déroule sur quatre composantes opérationnelles que sont l’amélioration de la santé animale, l’amélioration de la gestion des ressources naturelles, la facilitation de l’accès aux marchés et l’amélioration de la gestion des crises pastorales.

Une 5e composante va concerner la gestion et l’appui institutionnel. « Le bilan est positif parce que tous les indicateurs sont au vert », a indiqué M. Konkobo.

Le représentant des bénéficiaires de la région des Hauts-Bassins, Yaya Barry, a traduit leur fierté à l’endroit du projet.

M. Barry a aussi soumis quelques doléances telles que le besoin d’aires de pâturage, de pistes de bétail et de retenus d’eau.

En rappel, le financement de la phase 1 du projet est évalué à 15,9 milliards F CFA.

Les 94,33% sous forme de prêt de la Banque mondiale, la participation de l’Etat burkinabè à 5,6% et celle des bénéficiaires à 0,06%.

Le PRAPS-BF a bénéficié d’une deuxième phase qui doit commencer en janvier 2022 et couvrira 11 régions du pays.

Agence d’information du Burkina

ASB/hb/wis

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here