Campagne agricole 2021-2022 à Fara

De l’espoir malgré la mauvaise répartition des pluies

Les autorités régionales de la Boucle du Mouhoun ont effectué, le lundi 18 octobre 2021 dans la commune de Fara, province des Balé (Boromo), une mission de suivi de la campagne agricole.

 

Les autorités régionales de la Boucle du Mouhoun veulent constater l’évolution de la fin de la campagne agricole humide. Conduite par la secrétaire générale de la région, Salimata Dabal, une délégation s’est rendue à Fara, dans les Balé, le lundi 18 octobre 2021. C’est la plaine rizicole du groupement Songtaaba 2 de la commune rurale de Fara qui a d’abord accueilli les visiteurs. Sur cette exploitation de 60 hectares, les 130 producteurs dont 80 femmes ont enregistré des poches de sécheresse en début comme en fin de saison des pluies qui impactent les rendements. Outre la mauvaise répartition des pluies dans le temps, les producteurs ont exposé des difficultés relatives à l’insuffisance de la fumure organique, au manque de magasins de stockage et des difficultés dans l’écoulement de la production. Pour juguler ces difficultés, les techniciens du monde agricole ont conseillé aux exploitants de mettre l’accent désormais sur la fumure organique et des insecticides homologués pour le traitement des cultures, de monter des plans d’affaire pour l’acquisition de magasins de stockage.

Au sujet du problème d’écoulement de la production, le maire de Fara, Karim Nignan, a promis de signer une convention avec les producteurs pour l’achat de la production au profit des cantines scolaires de la commune. Le deuxième site visité est une plaine rizicole de 4 hectares exploitée par des Personnes déplacées internes (PDI). Un site qui a retenu l’attention des visiteurs qui ont loué l’investissement des PDI dans la production agricole afin de subvenir à leurs besoins. Pour la secrétaire générale de la région, cette exploitation doit être une école pour les autres déplacés internes. Le troisième et dernier site qui a reçu la visite de Salimata Dabal et sa délégation est le site de 31 hectares de Wékadoun Coulibaly. Ce producteur modèle fait de la diversification des cultures, la production et l’utilisation de la fumure organique, la production et l’utilisation de la semence améliorée, la rotation culturale et la promotion des pratiques culturales, son leitmotiv.

En cette campagne agricole, M. Coulibaly a consacré 3 ha au sésame, 3 autres ha au soja, 5 ha au maïs et le reste des 20 ha pour la production du coton. Des spéculations, qui grâce aux itinéraires techniques de production, aux effets des opérations culturales et l’utilisation des intrants présagent de bons rendements. « Je suis émerveillée par l’exploitation de ce producteur moderne qui augure déjà des bonnes perspectives de récolte », a laissé entendre la représentante du gouverneur de la Boucle du Mouhoun qui a donné le premier coup de faucille pour la récolte du sésame. Comme sur le premier site visité, les exploitants des deux derniers sites ont soulevé la difficile installation et l’arrêt brusque des pluies qui ne leur a permis de respecter le calendrier cultural.

Maitriser l’eau

Directeur régional de l’agriculture, des aménagements hydro-agricoles, et de la mécanisation de la Boucle du Mouhoun, John Herman Hien, a confirmé les poches de sécheresse enregistrées dans la région. Il a aussi signalé des cas d’inondation dans certaines zones d’exploitation. Pour pallier à un éventuel déficit de production, le directeur régional a rassuré que son département a pris des mesures pour la maitrise de l’eau pour la campagne sèche 2021-2022. Les autres difficultés se résument à l’approvisionnement des intrants, l’absence ou la dégradation des voies d’accès aux exploitations et à l’écoulement des productions. A toutes ces difficultés, les autorités régionales, les techniciens du département de l’agriculture et les partenaires au développement ont promis trouver des solutions pour les campagnes agricoles à venir.

En attendant, la cheffe de mission, s’est dit satisfaite de la physionomie des exploitations visitées malgré les poches de sécheresse enregistrées en début de saison et l’arrêt brusque des pluies. « L’espoir est permis en matière de production agricole dans la région », a laissé entendre Mme Dabal reconnaissant le dur labeur des producteurs en dépit des difficultés. Une campagne de warrantage sera initiée avec le soutien de la chambre régionale d’agriculture de la Boucle du Mouhoun dans le but de maitriser le flux des denrées alimentaires et impacter sur la flambée des prix des céréales.

                                                                                Stanislas BADO

(AIB/Mouhoun)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here