Burkina-Justice-Procès-Sankara

Burkina : Des témoins du procès Thomas Sankara vont être entendus par visioconférence

Ouagadougou, 25 oct. 2021 (AIB)-Le parquet militaire a autorisé lundi, l’audition par visioconférence, de certains témoins du procès Thomas Sankara et de ses douze compagnons d’infortunes, qui sont absents du pays.

Le parquet militaire a donné son accord ce lundi, pour l’audition par visioconférence en précisant que cela sera assurée par le service informatique du ministère de la Défense et des anciens combattants.

Selon Ferdinand Zepa, de la partie civile, ces témoins sont indisponibles du fait de leur état de santé et de leurs âges avancés.

Me Zepa, a affirmé que certains témoins sont au Ghana, au Canada, en France et aux Etats Unis d’Amériques.

Selon le président du tribunal militaire Urbain Meda, cinq témoins vont comparaitre par jour avec quatre auditions par semaine.

Il a aussi indiqué que le parquet militaire décidera demain mardi, de la liberté provisoire sollicitée par les avocats de certains accusés.

Concernant ces libertés provisoires, Me Ferdinand Zepa a expliqué que cela peut créer un tollé au sein de la population si c’est effectif.

Quant à l’avocat de la défense, Me Mamadou Coulibaly, il attend de voir comment les dispositions seront mises en place pour réaliser la visioconférence à l’endroit des accusés.

Selon lui, l’écoute à distance peut être une solution mais il craint que le secret de la défense nationale soit divulgué au grand public et au monde entier.

Le procès Thomas Sankara et ses douze compagnons, ouvert le lundi 11 octobre dernier, avait été renvoyé à ce lundi.

Cela, à la demande des avocats de la défense pour prendre connaissance du dossier de 20 mille pages.

Douze accusés sur les quatorze ont répondu présent à l’audience solennelle avec à leur tête,  le général de brigade, Gilbert Diendéré.

Ils sont poursuivis « pour complicité d’assassinat, recel de cadavre et atteinte à la sureté de l’Etat ».

Les grands absents de ce procès « historique » sont l’ancien président du Faso, Blaise Compaoré en exil en Côte d’Ivoire depuis 2014 et l’adjudant-chef Hyacinthe Kafando, en fuite.

En rappel, le 15 octobre 1987, Thomas Sankara et ses douze compagnons ont été assassinés par un coup d’Etat qui a porté  Blaise Compaoré au pouvoir.

M. Compaoré a été 27 ans après, chassé du pouvoir par une insurrection populaire en fin octobre 2014.

Agence d’information du Burkina

NO/wis 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here