FOOT-BFA-BEN-SPORT-CAF-CAN-DAMES

Eliminatoires CAN féminine: le Burkina Faso confiant face au Bénin

Abidjan, 19 oct. 2021 (AIB) – Les Etalons dames du Burkina Faso sont confiantes avant d’affronter mercredi au stade Robert Champroux d’Abidjan (Côte d’Ivoire), leurs homologues, les Ecureuils dames du Bénin (16h TU), comptant pour le premier tour qualificatif de la CAN de leur catégorie, Maroc 2022.

Arrivés ce lundi soir en terre ivoirienne, Pascal Sawadogo et ses joueuses affichent de bonnes ambitions pour la qualification pour le second tour de la compétition.

Après la précoce élimination des U20 dames dans la course à la qualification pour le mondial 2022 de leur catégorie, Pascal Sawadogo a repêché 8 joueuses juniores pour renforcer les séniores pour entamer les éliminatoires de la CAN féminine.

Retranchée au Centre omnisport des Etalons (COMET), l’équipe burkinabè a travaillé d’arrache-pied pour mettre les chances de qualification de son côté. « L’ambiance est bonne. On se prépare sérieusement parce qu’on a réellement des chances pour qualifier pour qualifier le Burkina dans les 12 meilleures équipes d’Afrique », a indiqué l’entraineur national Pascal Sawadogo.

Les éliminatoires se passent en deux tours. Au premier tour le Burkina Faso rencontre le Bénin et en cas de succès l’équipe affrontera le vainqueur du match Guinée Bissau – Mauritanie.

« Et si on passe là-bas aussi c’est la CAN », s’enthousiasme le maître à penser Pascal Sawadogo, poursuivant que « pour une première fois on a eu un bon tirage. Tout le monde est donc conscient pour franchir un pallié, celui de qualifier le Burkina pour une CAN ».

En tous les cas les Etalons dames ont bossé dur dans leur tranquille COMET en multipliant les matchs amicaux, pour réussir cet exploit historique de qualifier le Burkina Faso.

« La FBF maximise beaucoup sur la CAN. Les U20 c’était un bonus pour nous permettre d’avoir un bon noyau. Ça nous a permis de repêcher 8 joueuses des U20 pour compléter. Il y a donc de la fraîcheur physique, de la jeunesse et je peux dire qu’on a un bon groupe », s’est exprimé coach Sawadogo.

Les regrets de l’élimination des U20 hantent toujours le staff technique et même les joueuses mais le groupe essai d’oublier cet épisode. « A chaque fois on a des remords car on aurait pu se qualifier. Mais une fois que le match est fini on passe à une autre étape. On a fait deux matchs amicaux (contre des équipes masculines cadettes de la ville de Ouagadougou : ndlr) pour faire partir la peur et le pessimisme ».

L’espoir règne dans le groupe

Pour la première rencontre amicale que nous avons assisté, il y a eu certes la défaite (3-2) mais il y a un grain d’espoir dans cette équipe dame, comme le souligne l’entraineur principal : « on a eu de belles actions et ça peut réconforter. On est là aussi pour un travail mental à cause du temps qui nous reste ».

Avant que l’encadrement technique ne revienne de leur élimination avec les U20 dames, les séniores bénéficiaient une semaine durant, d’un travail avec un préparateur physique. « Nous sommes venus le 11 octobre pour parfaire sur le plan tactique parce qu’il faut maintenant qu’il y ait la confiance pour pouvoir attaquer l’adversaire », explique Pascal Sawadogo.

Aux matchs d’entrainement les joueuses qui ne sont pas classées effectuent un travail d’analyse et de prises de note. Les attaquantes, les milieux, les défenseuses et les gardiennes sont ensemble et prennent des notes dans un calepin et coach Sawadogo explique que « en même temps qu’elles prennent les notes de leur camarades sur le terrain, elles apprennent plus et se corrigent elles-mêmes. C’est parce que nous n’avons pas les moyens sinon on devait filmer les matchs et les belles séquences peuvent être mises sur les portables des joueuses ».

Le fait de jouer contre des équipes masculines prépare le groupe à surmonter les difficiles épreuves, selon le staff de l’équipe. L’attaquante Limata Nikiéma qui vient de signer au Raja Aitiazza (D1 marocain) manifeste trop d’impatience pour jouer ce match.

« Malgré mes égratignures au genou je peux jouer et ça va aller ». Adèle Kaboré qui a marqué l’unique but à Banjul avec les juniores est dans le groupe. La capitaine des Colombes de l’USFA Balkissa Sawadogo, championne du Burkina cette saison respire la forme.

Tous les ingrédients sont réunis donc pour un bon résultat à Abidjan ce 20 octobre l’équipe burkinabè n’a eu que le matin et à 17h de la veille du match pour une prise de contact avec la pelouse du Champroux, dû à un retard pour rallier la capitale économique ivoirienne (problème de vol).

Même l’adversaire, le Bénin, a devancé le Burkina Faso qui accueille la rencontre. Le match retour est prévu le 24 octobre à Porto-Novo au Bénin. La CAN 2022 des dames se joue au Maroc.
Agence d’information du Burkina (AIB)
as/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here