Burkina-Culture-FESPACO-Ouverture

FESPACO 2021 : Le président Kaboré invite à la réflexion sur l’avenir du cinéma africain

Ouagadougou, 16 oct. 2021 (AIB)-Le président du Faso Roch Marc Christian  Kaboré a donné ce samedi soir, le clap de départ de la 27è édition du FESPACO en invitant les acteurs à réfléchir sur les verrous qui empêchent le cinéma africain de prospérer.

« L’ensemble des acteurs du 7e art doivent se pencher à cette rencontre culturelle du Burkina Faso sur les verrous qui  empêchent le cinéma africain de prospérer », a déclaré ce samedi, le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré.

Le chef de l’Etat s’exprimait à Ouagadougou, à l’ouverture officielle de la 27è édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO).

Il a salué la tenue de l’évènement culturel panafricain qui montre selon lui, la résilience du peuple burkinabè face aux contraintes sécuritaires et sanitaires.

De son avis, le thème de la présente édition « Cinéma d’Afrique et de la diaspora : Nouveaux regards, nouveaux défis » est interpellateur car il va permettre aux acteurs de s’imprégner des difficultés, des contraintes et des perspectives liées au 7e art africain.

Le président Kaboré a aussi félicité les réalisateurs pour leurs multiples efforts dans la réalisation de leurs œuvres tout en leur souhaitant bonne chance pour la conquête de l’Etalon d’or de Yennenga.

Il a en outre traduit sa reconnaissance au pays invité d’honneur le Sénégal qui selon lui, n’a ménagé aucun effort pour honorer le Burkina à cette 27e édition de la fête du cinéma africain.

Le Sénégal, pays invité d’honneur participe à cette 27è édition du FESPACO avec 19 films sélectionnés dont 14 pour la compétition officielle, avec des artistes, des intellectuels, soit une délégation de 200 personnes.

Le FESPACO 2021 qui se tient du 16 au 23 octobre prochain, sera marqué par « la projection de 239 films africains et de la diaspora au grand bonheur des populations, des festivaliers et des professionnels du 7è art », a indiqué le président du comité d’organisation Salifou Taïta.

Selon la ministre de la culture, des arts et du tourisme Foniyama Élise Ilboudo/ Thiombiano, « la filière du cinéma est en pleine mutation, évolution technologique avec des marchés plus dynamiques et de nouveaux acteurs et intervenants ».

Elle a donc invité les acteurs à saisir la présente édition du FESPACO pour « réfléchir profondément sur le devenir du cinéma et de l’audiovisuel afin d’être très compétitif sur le marché du film ». En cela, elle a sollicité la contribution de la diaspora.

17 fictions longs métrages sont à la conquête de l’Etalon de Yennenga (or, argent, bronze) parmi lesquels « Les trois lascars » du réalisateur et producteur burkinabè Boubacar Diallo.

La cérémonie d’ouverture a été marquée par une représentation chorégraphique haut en couleurs, lumières et sons qui a été monté de main de maitre par le chorégraphe burkinabè Serges Aimé Coulibaly.

Plusieurs artistes burkinabè et sénégalais notamment Smockey, Didier Awadi, Alif Naaba, Baba Maal, Djéli Karim, Amzy, Malika la Slameuse, Awa Boussim et bien d’autres ont pris part à cette chorégraphie.

En rappel, en 2019 le Rwandais Joël Karekezi a été lauréat de l’Etalon d’or de Yennenga lors de la 26e édition du FESPACO avec son film « The mercy of de jungle » ou « La mémoire de la jungle ».

Agence d’information du Burkina

NO/wis   

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here