Burkina-Société-Vie-Cherté

Burkina : La cherté de la vie menace ‘’sérieusement’’ la cohésion sociale (société civile)

Ouagadougou, 11 oct. 2021(AIB)- La flambée des produits de première nécessité menace ‘’sérieusement’’ la cohésion sociale, a averti lundi le Conseil d’information et de suivi des actions du gouvernement (CISAG), une organisation de la société civile.

«Le constat est que le coût de la vie a augmenté d’une manière qui menace sérieusement la cohésion sociale», a interpellé le président du Conseil d’information et de suivi des actions du gouvernement (CISAG, société civile), Issiaka Ouédraogo, lundi, lors d’un point de presse.

Selon M. Ouédraogo, «les prix des produits de première nécessité sont de moins en moins accessibles et donne lieu à la mise en place d’un système D (débrouillardise, ndlr)  au sein des familles, pour se nourrir et tenter de répondre aux besoins des ménages».

D’après Issiaka Ouédraogo, la fermeture des frontières à cause de la Covid19, expliquerait la cherté de la vie.

Il a dénoncé «le chantage ignoble  qui consiste à imposer à nos Etats, le principe de vaccination contre réouverture des frontières».

«Nous appelons l’ensemble des acteurs des sociétés civiles de l’Afrique de l’ouest à se mobiliser pour faire entendre leur voix et desserrer l’étau sur nos pauvres populations».

En juillet 2021, le gouvernement burkinabè a annoncé l’ouverture de 244 boutiques témoins dans toutes les communes du pays pour faciliter l’accès des produits de grande consommation aux populations et limiter la flambée des prix.

Agence d’information du Burkina

CYR-PN/ata/ak

NB: Photo d’archive et d’illustration/wakatsera

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here