1. Après la TEP de Bourzanga, les autorités et les participants ont immortalisé les instants ensemble.

Bam: Search For Common Ground plaide pour la réintégration des élèves déplacées internes dans le cursus scolaire 

Kongoussi, (AIB)-Au cours des Tribunes d’Expression  Populaire (TEP)  et des matchs de football atypiques organisés du 23 au 30 septembre 2021 par l’ONG  Search For Common Ground (SFCG) à Kongoussi et à Bourzanga, la réintégration des élèves déplacées internes dans le cursus scolaire a été au cœur des échanges.

L’ONG  Search For Common Ground (SFCG) a organisé des Tribunes d’Expression  Populaire (TEP)  et des matchs de football atypiques entre les communautés hôtes et les personnes déplacées internes (PDIs) dans les communes de Bourzanga et de Kongoussi,   du 23 au 30 septembre 2021.

Au cours  des TEP, c’est la question de l’éducation qui était à l’ordre du jour. Les échanges ont porté sur la scolarisation des élèves déplacés internes.

Le présidium à la TEP de Kongoussi avec le DPEPPNF du Bam Toussida Ouédraogo au milieu.-u

À Kongoussi comme à Bourzanga,  le directeur provincial de l’Education préscolaire primaire et non formelle (DPEPPNF) du Bam Toussida Ouédraogo, les Chefs de circonscription d’éducation de base  (CCEB), les préfets  des deux  départements et un représentant de Plan International à Kongoussi  ont échangé avec les parents d’élèves, les enseignants, les communautés hôtes et les PDIs.

Partout, le DPEPPNF Toussida Ouédraogo et ses collaborateurs ont décliné la politique du ministère en charge de l’éducation nationale dans la prise en charge des élèves déplacés internes et leur réintégration dans le cursus scolaire.

Les préoccupations soulevées par des PDIs étaient liées aux difficultés qu’elles éprouvent pour l’établissement d’actes de naissance des enfants, les besoins alimentaires, les effectifs pléthoriques dans les salles de classe, et la menace persistante de l’insécurité.

«Il y a des élèves qui ont tout perdu pendant les déplacements. Ces derniers se retrouvent dans une situation difficile notamment ceux des  classes d’examen. Il y a  aussi la pauvreté qui frappe  certains parents et ces derniers  n’arrivent même pas à assurer les cotisations APE de leurs progénitures» a révélé un parent d’élève de Bourzanga, Aziz Badini.

À ces préoccupations, Toussida Ouédraogo a indiqué que : «notre ministère nous a instruit d’inscrire tous les élèves déplacés.  Pour faciliter leur réintégration dans le système, le ministère a même créé des centres à passerelle qui permettent de filtrer les élèves par niveau afin de les placer dans les classes qui leur correspondent. Pour les élèves qui n’ont pas d’actes de naissance, nous les inscrivons en attendant l’établissement desdits documents. Mais pour ceux qui sont inscrits dans des classes d’examen, notre partenaire Plan International Burkina Faso a demandé de les recenser pour qu’en temps opportun, elle puisse nous aider pour l’établissement des actes».

3. Le haut-commissaire du Bam Ali Ouédraogo et le maire de Kongoussi Daouda Zoromé transmettant 3 sacs de mil à chacune des deux équipes.

Le représentant des PDIs du site du secteur 1 de Kongoussi Souleymane Kindo a salué les efforts du MENAPLN, de Search For Common Ground et de Plan International Burkina Faso et plaidé pour que les toutes les dispositions soient prises pour que tous les enfants déplacés aient accès à l’éducation cette année.

Parallèlement aux TEP, Search For Common Ground a également organisé des matchs de football atypiques dans les deux communes. La particularité des règles du jeu  a  mobilisé du monde tant à Bourzanga qu’à Kongoussi.

Les joueurs avaient en moyenne 50 ans et leurs maillots étaient des plus   atypiques. Quand un joueur commet une faute, le tireur peut être choisi parmi les autorités présentes ou parmi les  supporters. Même l’arbitre  s’en chargeait parfois.

Selon le chef de projet   Issifou Bissiri, ces matchs ont été organisés en soutien aux démembrements de l’Observatoire nationale de de prévention et de Gestion des conflits communautaires (ONAPREGECC) basé dans les zones d’intervention de son projet.

4. le chef de projet Issifou Bissiri se dit satisfait des conclusions des TEP et de l’engouement autour du football.

Pour lui, l’activité  vise à renforcer le dialogue et la paix sociale entre les PDIs et les communautés hôtes.

Selon toujours Issifou Bissiri, les matchs de football classique sont souvent sources de tensions et de violences. “Mais avec ce modèle de jeux, le match a procuré la joie et la concorde entre communautés hôtes et PDIs et toutes les deux équipes sont sorties gagnantes à la fin du match”.

Pour le capitaine de l’équipe des PDIs de Kongoussi Théophile G. Kinda,  le match a été très bénéfique parce qu’il  a contribué à renforcer les liens entre PDIs et entre PDIs et  communautés hôtes.

Le haut- commissaire du Bam Ali Ouédraogo qui a présidé le match de Kongoussi  a exprimé sa satisfaction de voir les communautés hôtes et les déplacées internes fraterniser ensemble sous les ovations du public. Il a invité l’ensemble de la population à s’inspirer de cet exemple de bon vivre ensemble pour en faire une pratique quotidienne.

Agence d’information du Burkina

Asmado RABO

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here