Burkina-Presse-Revue

Terrorisme, secteur privé et Mali au menu des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 4 oct. 2021 (AIB)-Les journaux burkinabè de ce lundi, commentent la quatrième rencontre entre l’Etat et le secteur privé, la passe d’armes entre la France et le Mali et l’apport de la justice dans la lutte  contre le terrorisme au Burkina Faso.

« Lutte contre le terrorisme : Les hommes en toge sonnent le rassemblement », arbore à sa Une, le doyen des quotidiens burkinabè, L’Observateur Paalga.

Le journal privé rapporte que les acteurs du monde de la justice ont effectué leur rentrée judiciaire 2021-2022 le vendredi 1er octobre 2021 à Ouagadougou, au cours d’une audience solennelle présidée par le chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré.

Pour lui, la tradition a été encore respectée cette année avec pour thème : « La contribution du pouvoir judiciaire à la lutte contre le terrorisme ».

Le quotidien national Sidwaya, pour sa part titre : « Lutte contre le terrorisme :   Le pouvoir judiciaire joue sa partition ».

A croire le journal public, les hommes en toge se sont penchés sur leur contribution à la lutte contre les « forces du mal », à l’occasion de leur rentrée de classe.

Dans la même veine, le quotidien privé, L’Express du Faso édité à Bobo Dioulasso, renseigne que les députés du groupe parlementaire du Mouvement du peuple et du progrès (GP/MPP-au pouvoir) se sont engagés à faire face à l’insécurité dans le pays.

A lire le journal, c’était dans le cadre de leurs premières journées parlementaires de l’année en cours, tenues du 30 septembre au 2 octobre 2021 à Banfora.

Sous un autre volet, le même journal écrit : « Rencontre Etat/secteur privé : Nécessité d’une transformation structurelle de l’industrie ».

D’après le quotidien privé, le gouvernement a échangé  les 1er et  2 octobre 2021 à Bobo Dioulasso, avec le secteur privé pour la recherche d’un meilleur climat des affaires au Faso.

Le journal  explique que la rencontre présidée par le Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré  s’est portée sur la transformation structurelle de l’industrie au Burkina.

De son côté, L’Observateur Paalga  publie à sa Une : « 4e Rencontre Etat/ Secteur privé : Sous le sceau de la ZLECA ».

De son avis, la quatrième rencontre Etat/Secteur privé a été marquée par l’entrée en vigueur depuis janvier 2021, de la zone de libre-échange continentale (ZLECAF).

Il explique que les 48 heures de réflexions dans la ville de Sya (Bobo Dioulasso) ont été sanctionnées par d’importantes recommandations en lien avec la ZLECAF.

Le quotidien national Sidwaya mentionne sur sa manchette : « Rencontre Etat/ secteur privé : L’accord de la ZLECAF au cœur des échanges ».

Selon le journal de tous les Burkinabè, le chef du gouvernement, Christophe Dabiré, a affirmé que la rencontre demeure un outil « utile » pour lever les goulots d’étranglements dans l’optique d’avancer ensemble vers l’édification  du Burkina Faso.

Au sujet de la coopération militaire entre la France et le Mali, L’Observateur Paalga fait découvrir sur sa première page : « Passe  d’armes entre Paris et Bamako : Jupiter aurait dû garder son calme… olympien ».

Le quotidien privé souligne que la nouvelle donne née de la fin de l’opération Barkhane place le Mali devant le fait accompli et l’expose à une espèce d’abandon en plein vol.

Le journal commente que cette situation oblige le pays mandingue à explorer des voies et moyens en vue de mieux assurer sa sécurité de manière autonome ou avec d’autres partenaires comme la Russie.

A propos, l’Express du Faso laisse voir à sa première page : « Passe d’armes indécente entre autorités françaises et maliennes ».

Le quotidien privé rappelle que si la France n’était pas intervenue en 2013, les djihadistes seraient arrivés à Bamako.

A l’en croire, cette attitude des autorités maliennes constitue un signe d’ingratitude à l’égard de la France.

Agence d’information du Burkina

NO/wis

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here