Burkina-Ecole-Journalisme-Soutenance-AgencePresse

Burkina : La prolifération des médias est un atout pour l’agence publique (mémoire)

 Ouagadougou, 28 sept. 2021 (AIB)- L’étudiant Patrice Zoungrana, lors de sa soutenance mardi, a démontré que la prolifération des médias est un atout pour l’Agence d’information du Burkina (AIB), en ce sens que l’agence pourrait leur proposer une offre informationnelle.

«Selon les données issues de l’enquête par questionnaire et les entretiens avec les personnes-ressources, il ressort que le nombre des médias au Burkina représente un atout pour l’Agence d’information du Burkina (AIB) en matière d’offre informationnelle», a déclaré l’étudiant Patrice Zoungrana.

L’étudiant de l’Institut des sciences et techniques de l’information et de la communication (ISTIC, publique) présentait mardi son mémoire intitulé  «la viabilité de l’AIBdans le paysage médiatique burkinabè», pour l’obtention de son diplôme de conseiller en Sciences et techniques de l’information et de la communication (STIC).

«L’objectif principal de ma recherche est de diagnostiquer l’audience des informations de l’AIB dans ce contexte de multiplicité des médias au Burkina Faso», a fait savoir l’impétrant.

Pour ce faire, il dit avoir articulé ses travaux autour de l’hypothèse principale qui est : «La prolifération des médias au Burkina Faso constitue un avantage pour l’Agence d’information du Burkina (AIB) en matière d’offre informationnelle».

Et celles secondaires que sont: «Les informations de l’Agence d’information du Burkina sont reprises par les autres médias au Burkina Faso ; Les plateformes digitales de l’Agence d’information du Burkina ne sont pas assez connues du public ; la mise en place du studio multimédia contribuera à accroître la visibilité de l’Agence d’information du Burkina dans le paysage médiatique».

Aux termes de ses investigations, l’impétrant est parvenu aux résultats selon lesquels la multiplicité de média est un atout pour l’AIB au sens que les médias reprennent ses informations.

Toutefois, d’après lui, les plateformes digitales du média ne sont pas connues du public mais son nouveau studio lui constitue une force pour plus de visibilité.

Patrice Zoungrana a formulé des recommandations allant dans le sens de permettre à l’AIB de s’imposer comme un média incontournable au Burkina Faso.

Il s’agit notamment de la priorisation des informations de l’Agence par le gouvernement. «Il faut que le gouvernement accorde la primeur de l’information à l’AIB afin qu’elle puisse jouer son rôle de grossiste de l’information», a-t-il suggéré.

A cela s’ajoute l’instauration d’un partenariat entre l’agence et les autres médias, la redynamisation de l’agence d’information en dotant ses correspondants de matériels adéquats pour le travail et aussi l’organisation de journées portes ouvertes afin de se faire du grand public.

La production de Patrice Zoungrana a été sanctionnée par la note de 15/20 décerné par le jury.

Le président du jury, Régis Dimitri Balima a trouvé le thème d’actualité.

Quant au suffragant qui est le directeur actuel de l’AIB, Alban Kini, il a apprécié le travail de l’impétrant, surtout les recommandations qu’il a promis de prendre en compte pour plus de visibilité du média.

Le Directeur de mémoire Jérôme Bilélé Bénin  et ancien journaliste de l’AIB (1982-1992) a promis d’accompagner son étudiant dans la finalisation de son document.

Agence d’Information du Burkina

KR/ata/ak

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here