Burkina-Revue-Presse

Burkina : terrorisme, politique et faits de société à la Une des journaux

Ouagadougou, 23 sept. 2021 (AIB)-Les quotidiens burkinabè du jeudi évoquent la question du terrorisme lié à l’Islam, le 2e congrès extraordinaire du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) et faits de société.

« Bilal Ramadan, philosophe : l’Islam s’oppose à toutes les formes d’injustices » titre Sidwaya.

Selon le journal, le centre Valère-Somé  pour l’innovation politique a organisé une conférence publique  à Ouagadougou.

L’institution a convié le philosophe et formateur, Bilal Ramadan, d’origine égyptienne et fin connaisseur  de l’Islam.

A la faveur de cet évènement, le philosophe a éclairé l’assistance dans un contexte marqué  par toutes sortes de confusions sur le terrorisme et l’Islam.

Pour la même nouvelle, L’Observateur Paalga le doyen des quotidiens privés affiche  « Terrorisme : ce n’est pas de l’Islam, c’est une trahison ».

Pour le journal, la conférence publique qui a eu lieu au centre national de presse Norbert- Zongo a porté sur le thème « Islam, Islamophobie et terrorisme ».

Le Pays de son côté a annoncé que selon Bilal Ramadan, «  Aucun imam ou érudit musulman ne peut faire l’apologie du terrorisme ».

Au chapitre politique, L’Observateur Paalga revient  sur le  2e congrès extraordinaire  du MPP (au pouvoir) à travers une interview accordée par le président du MPP Simon Compaoré intitulée  « Moi, Simon Compaoré, je n’ai plus d’ambition ».

Dans l’interview, il a été abordé le 2e congrès extraordinaire du MPP qui se déroulera du 24 au 26 septembre 2021.

En plus  de cela, il a été question du  bilan du président du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) Simon Compaoré à la tête du parti, ses ambitions de renouvellement des instances dirigeantes, la stratégie de lutte contre les forces du mal ainsi que le récent jugement des présumés terroristes.

Toujours dans la rubrique politique, L’Express du Faso, le quotidien bobolais de son côté parle de la gestion du pouvoir d’Etat en écrivant « gestion de pouvoir d’Etat : PDIS-Laafia, le parti de la majorité qui se sent écarté ».

Le journal informe que le Parti démocratique pour l’intégration et la solidarité-Laafia a animé son 2e point de presse de l’année en cours.

La rencontre s’est articulée autour du rôle et de la contribution du parti dans la gouvernance de l’Etat.

Au registre des faits de société, L’Express du Faso parle d’une journée de concertation  communale par l’article titré « commune de Bobo : les acteurs de l’éducation en discussion ».

La rencontre a permis de réfléchir sur  les thématiques des Assises nationales sur l’éducation.

Pendant ce temps, Sidwaya se penche sur la réfection du Stade de 4 –Août.

Selon le journal de tous les burkinabè, il faut plus de 15 milliards  FCFA pour la mise aux normes du stade.

Agence d’information du Burkina

SS/ey-wis

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here