Burkina-Armée-Programme

Burkina : Un programme compte scolariser 300 orphelins des militaires tombés au front

Ouagadougou, 15 sept. 2021 (AIB) – « 300 orphelins (de militaires) seront scolarisés à la rentrée 2021-2022 à hauteur de 40 000 F CFA par enfant sur une période de 36 mois », a déclaré mercredi, la présidente du programme « Go Paga », Fadima Kambou.

« A cette rentrée scolaire 2021-2022, nous allons scolariser sous un système de parrainage et de suivi, 300 orphelins (de militaires tombés au front) qui ont une scolarité supérieure ou égale à 40 000 F CFA  », a déclaré  la  présidente du programme « Go Paga », Fadima Kambou.

Pour madame Kambou, les enfants qui ne seront pas parmi les 300, bénéficieront chacun d’une enveloppe financière.

Fadima Kambou s’exprimait mercredi, à Ouagadougou, lors d’une conférence de presse sur le lancement du déploiement national de « Go Paga », un programme d’insertion économique des veuves et orphelins de militaires tombés au front pour la Nation.

Elle a annoncé d’autres actions comme une assurance santé dès octobre 2021 à hauteur de 80% à tous les orphelins, un suivi psychologique et juridique de toutes les veuves et l’accompagnement des veuves à trouver un emploi ou créer une activité génératrice de revenus.

Concernant le recensement des veuves et des orphelins, la présidente a indiqué que la collecte se fait directement au niveau de l’action sociale des Armées.

Selon madame Kambou, le programme paye la rémunération des veuves qui sont en situation de stage jusqu’à leur intégration.

Celles qui n’ont pas de diplômes sont formées dans des activités rémunératrices de revenus préalablement choisies par elles.

Le 13 février 2021, le projet dans sa phase pilote, a pu former six veuves, six enfants et une adolescente de l’Unité spéciale de la Gendarmerie nationale en vue de leur insertion socio-professionnelle.

« Go Paga » a été officiellement lancé en juin 2021. Il a pour but d’accompagner les veuves et les orphelins de soldats tombés au combat pour la Nation, afin qu’ils puissent s’intégrer professionnellement dans la société.

Agence d’information du Burkina

HB/wis

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here