Burkina-Humanitaire-Visite-Ecole-Coranique

Burkina : L’aumône est bien mais il faut les formes d’aumônes justes (ministre)

Ouagadougou, 13 sep. 2021 (AIB)-La ministre en charge de la femme, de l’action humanitaire et de la famille Marie Laurence Ilboudo a déclaré lundi à l’issue d’une visite de foyers coraniques conventionnés que l’aumône est bien mais il faut les formes d’aumônes justes.

« Nous voulons que les citoyens burkinabè comprennent que l’aumône c’est bien mais il faut les formes d’aumônes justes » a déclaré Marie Laurence Ilboudo

Elle a expliqué qu’il ne faut pas attendre que le maître coranique dépose ses enfants dans la rue pour leur donner de l’aumône.

Selon elle, donner de l’argent à un enfant dans la rue ne construit rien, c’est pourquoi elle conseille de donner l’aumône aux maîtres coraniques pour le maintien des enfants dans les foyers coraniques.

Par la même occasion, elle a félicité deux des 70 maîtres coraniques « modèles » Yaya Bara et Mohamed Gany Diallo pour dit-elle, leur engagement pour la protection des enfants avec l’option études coraniques et travail.

Madame Ilboudo s’est dit satisfaite et a promis plus de soutien de son département à ces maîtres coraniques « modèles » afin de pérenniser cette activité.

« L’apprentissage religieux que nous devons donner aux enfants est bon mais il est important aussi de donner un apprentissage à la vie professionnelle et à la vie active » a-t-elle ajouté.

Elle a poursuivi qu’il est important que les enfants sachent qu’on mange à la sueur de son front et que  la rue est devenue très dangereuse, qu’elle tue et amène les enfants à des fléaux comme l’enrôlement dans les groupes armées terroristes.

De son avis, il est important de garder les enfants dans un environnement de protection pour les permettre de bien grandir et être des acteurs de développement dans le futur.

Elle dit être persuadée que ces enfants en fin d’apprentissage sauront mieux s’insérer dans la société.

Elle a annoncé une rencontre dans les prochains jours afin d’inciter les autres  maîtres coraniques à retirer les enfants talibés de la rue.

Pour Yaya Bara et Gany Mohamed Diallo, leurs élèves ne mendient pas, ils apprennent des métiers comme la soudure, la blanchisserie, le cirage.

Ils ont témoigné leur gratitude à Laurence Ilboudo et laissé entendre que le soutien du ministère en charge de l’action humanitaire leur permet de nourrir leurs apprenants.

Le ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille avait signé le 20 juillet dernier, une convention de partenariat avec l’association des maîtres coraniques du Burkina Faso et les foyers coraniques, dans le cadre de l’opération de retrait des enfants en situation de rue.

Cette convention consiste à aider les maîtres coraniques qui rencontrent des difficultés de prise en charge de ces enfants, à les maintenir dans les écoles coraniques.

Agence d’information du Burkina

KAR/Wis

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here