Burkina-Etudiants-Congrès

Burkina : L’UGEB, une arme  de lutte pour les étudiants, selon son  président

Ouagadougou, 11 sept 2021 (AIB)- Le nouveau président de l’Union générale des étudiants burkinabè (UGEB),  Fousséni Sourabié  a affirmé hier samedi, que son organisation syndicale constitue une arme  de lutte pour la défense des intérêts matériels et moraux des universitaires.

«Nous avons pu toujours  maintenir cette organisation  sur le champ et qui constitue une arme aux  mains des étudiants qui l’utilisent pour la défense de leurs intérêts matériels et moraux», a  indiqué le nouveau président de l’Union générale des étudiants burkinabè (UGEB), Fousséni Sourabié.

Selon lui, l’UGEB bénéficie également de la confiance des universitaires burkinabè, toute chose qui participe à son bon fonctionnement.

M. Sourabié s’exprimait hier samedi à Ouagadougou, au cours d’une cérémonie de clôture du trentième congrès ordinaire de l’UGEB, marquée par le renouvellement de son bureau.

«Le congrès a été l’occasion pour les militants venus de différentes sections ainsi que les délégations pour discuter de la vie de notre organisation et des difficultés auxquelles elle fait face dans nos universités publiques», a-t-il confié.

Le nouveau président de l’UGEB a souligné que des acquis ont été engrangés au plan social  par  le maintien de 2300 bourses d’études au profit des étudiants avec la mobilisation des étudiants sous la direction de l’union à travers ses démembrements.

Fousséni Sourabié a rappelé que le gouvernement voulait supprimer les bourses d’études en 2000 avec l’adoption des programmes d’ajustements structurels (PAS) en 1990.

Pour lui, les étudiants se sont battus par le biais des mouvements  pour arracher le Fonds national pour l’éducation et la recherche (FONER) dans les années 1996 et 1997.

A  en croire  M. Sourabié, l’action de son organisation a contraint les autorités du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) à ranger certains dossiers  dans les tiroirs.

Le nouveau patron de l’UGEB a  relevé  quelles  difficultés liées entre autres à la mobilisation financière  et au  fonctionnement  qui empêchent sa structure de mener à bien ses activités de défense des intérêts matériels et moraux des étudiants.

En rappel, le 27 juillet dernier, l’UGEB a  célébré  ses soixante-un ans d’existence au Burkina Faso. Le nouveau bureau de l’organisation  fort de sept membres  entend s’opposer à toute  mesure gouvernementale  qui remet en cause  les intérêts des étudiants.

Agence d’information du Burkina

NO/ata/ak

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here