Burkina-Média-terrorisme-lutte

Burkina/Terrorisme: des experts recommandent la prudence aux journalistes dans l’exercice de leur métier

Ouagadougou 1er sept. 2021 (AIB) – La Fondation des médias pour l’Afrique de l’Ouest et le Centre national de presse Norbert Zongo ont recommandé lundi, la prudence aux journalistes qui se rendent dans les zones touchées par le terrorisme pour faire leur travail.

«Aujourd’hui, il y a des localités où nous ne pouvons plus aller faire notre travail car elles échappent au contrôle de l’Etat», a indiqué lundi aux journalistes, le représentant de la Fondation des médias pour l’Afrique de l’Ouest, Boureima Ouédraogo, lors d’un forum.

M. Ouédraogo dont les propos ont été rapportés mercredi par le quotidien privé L’Observateur Paalga, a ajouté qu’il y a également des menaces auxquelles font face les hommes de médias et qu’il faut voir à la loupe.

Selon Boureima Ouédraogo, il est nécessaire de mettre en évidence les problèmes de sécurité des journalistes face aux menaces terroristes et aux «lois répressives», afin de trouver des solutions pour leur protection.

M. Ouédraogo faisait allusion à la loi adoptée en juin 2021 par le gouvernement burkinabè, limitant la diffusion d’information et d’images sur les attaques terroristes.

«Avec ce changement, le cadre juridique doit aussi se conformer. Nous devons tout faire pour ne pas désarmer cette liberté de presse et ce forum doit proposer des solutions pour cela», a déclaré le ministre en charge de la Communication, Ousseni Tamboura.

Pour le ministre de la Sécurité Maxime Koné, le contexte actuel exige un dialogue entre les acteurs du pays d’où  l’importance de respecter les zones proscrites pour le moment, afin d’éviter d’éventuels désagréments.

L’expert en sécurité, Mahamoudou Sawadogo a recommandé aux journalistes de ne jamais se rendre les premiers sur les lieux d’attaques et de toujours se renseigner sur la situation sécuritaire avec les populations locales.

Le Burkina Faso subit des attaques terroristes depuis 2015 qui ont occasions plusieurs dégâts tels que des pertes en vies humaines, des dégâts matérielles et plus d’un million de déplacées internes.

Agence d’information du Burkina

MAK/ata

Photo: Ministère de la Communication

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here