Burkina- Politique-Inauguration-Infrastructure

Burkina/Politique : Le  Mouvement démocratique inaugure son siège 

Ouagadougou, 28 août 2021 (AIB)- Le Mouvement démocratique (MODEM, de Nathanaël Ouédraogo, ex cadre de l’UPC) a inauguré samedi, son siège national d’une capacité d’accueil de plus de 600 places, a constaté l’AIB.

«Aujourd’hui, c’est un grand jour pour le Mouvement démocratique (MODEM), à travers l’inauguration officielle de son nouveau siège national », a affirmé le président du MODEM, Nathanaël Ouédraogo.

Pour lui, la nouvelle infrastructure permettra à son parti de pouvoir mener à bien ses travaux  dans l’arène politique pour des succès «éclatants » dans les  futures échéances électorales.

M. Ouédraogo s’exprimait samedi à Ouagadougou, au cours d’une cérémonie officielle du siège national de MODEM, situé sur la rue Simon Compaoré à Gounghin.

De son avis, sa formation politique qui s’est dotée d’un nouveau joyau veut s’inscrire dans la dynamique des grands partis au Burkina Faso.

Le président du parti a  expliqué que la nouvelle infrastructure comprend  entre autres, une grande cour pouvant contenir environ 500 personnes, une salle de réunion de 110 places, quatre bureaux équipés, une salle VIP de 12 places, une cafétéria, etc.

A l’en croire, l’article 14 de la loi  032 du 29 novembre 2001 portant charte des partis et formations politiques oblige les dirigeants à doter leurs structures, d’un siège officiel situé sur le territoire national.

«Après notre congrès extraordinaire, qui a consacré le baptême du parti le 23 janvier 2021 à la maison du peuple, c’est aujourd’hui le jour pour le MODEM de prendre racine, grâce ce siège à Ouagadougou dans le quartier Gounghin », a-t-il  confié.

Nathanaël Ouédraogo a également souhaité que cette «maison commune»  soit le lieu de lutte, du combat et surtout celui de la célébration de leurs futures victoires.

Le premier responsable du MODEM a aussi exhorté une reprise du dialogue politique dans les meilleurs délais, en vue de permettre aux  élections municipales de se tenir à bonne date.

En rappel, à la veille des élections législatives et présidentielle de novembre 2020, Nathanaël Ouédraogo et ses camarades ont quitté l’Union pour le progrès et le changement (UPC), alors parti d’opposition, pour se rallier au camp du président sortant Roch Kaboré.

Ils se seront suivis en janvier 2021 par le président de l’UPC Zéphirin Diabré qui fit son entrée dans le gouvernement du président élu Roch Kaboré, laissant sa place de chef de file de l’opposition politique à Eddie Komboïgo du Congrès pour la démocratie et le progrès.

Agence d’information du Burkina

NO/ata/ak

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here