Afrique-Burkina-Economie-Finances-Développement-

L’Afrique peine à financer son développement du fait de sa sous-bancarisation (Responsable financier) (actualisé)

Ouagadougou, 20 août 2021 (AIB)-Après 60 ans d’indépendance, l’Afrique peine toujours à mobiliser des ressources internes pour financer son développement à cause de la sous-bancarisation de son économie, a soutenu vendredi, un responsable financer dans les colonnes du quotidien public Sidwaya.

Dans un entretien paru ce vendredi dans Sidwaya, le directeur général du Fond africain de garantie et de coopération économique (FAGACE) Dr Ngueto Tiraïna Yambaye estime que l’Afrique peine à financer son développement à cause de la sous-bancarisation de son économie.

Selon lui, très peu d’africains sont détenteurs d’un compte bancaire et le taux moyen de bancarisation se situe autour de 15%.

Il a relevé qu’« une bonne politique de bancarisation permet de faciliter l’accès d’un plus grand nombre de la population au crédit bancaire, donc de financer l’économie et aussi de mobiliser l’épargne intérieure ».

Selon Dr Ngueto Tiraïna Yambaye, « l’une des missions du FAGACE consiste à contribuer à booster, de manière accélérée, le financement des économies des pays membres en collaboration avec le secteur bancaire en favorisant une bancarisation croissante des économies ».

Il rassure que « les ressources existent, il faut juste avoir l’information et la capacité de mieux négocier ».

Pionnier dans le domaine de la garantie bancaire en Afrique depuis 1977, le FAGACE couvre la Communauté économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC), l’Union économique et monétaire Ouest africain (UEMOA).

De même que, le Rwanda et la Mauritanie, avec une expansion progressive sur l’ensemble du continent africain.

Le capital social du fonds est de 350 milliards FCFA souscrit à hauteur de 66,66 % et son siège social se trouve à Cotonou en République du Bénin.

Au Burkina, les interventions du Fonds s’élèvent à environ 30 milliards F CFA, qui ont permis de mobiliser près de 90 milliards F CFA dans les secteurs stratégiques de l’agro-industrie, du transport, de l’industrie et de l’énergie, a affirmé Dr Ngueto Tiraïna.

Agence d’information du Burkina

SS/Wis

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here