Burkina-Terrorisme-Procès

Burkina : Le  terroriste DM préfère être tué que d’être emprisonné

Ouagadougou, 11 août 2021 (AIB) – Le  terroriste DM, jugé ce mercredi par la Chambre correctionnelle spécialisé  du pôle judiciaire spécialisé dans la répression des actes  terroristes du Tribunal de grande instance de Ouaga 2 à 21 ans de prison ferme avec une amende ferme de  deux millions de francs CFA, dit préférer être tué que d’être emprisonné.

« Je préfère être sorti de cette salle et être tué que d’être condamné à 21 ans de prison  ferme  avec une amende ferme de 2 millions de francs CFA », a réagi DM  à l’issue du verdict de son jugement.

Il a comparaissait   devant la Chambre correctionnelle spécialisé  du pôle judiciaire spécialisé dans la répression des actes  terroristes du Tribunal de grande instance de Ouaga 2 le mercredi 11 août 2021.

Cela pour fait d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste.

Selon le parquet, des rapports d’enquêtes  ont montré  que DM  a quitté son village Kassa au Mali et  est allé se faire recruter par une faction de l’Etat islamique dans le grand Sahara.

Cette faction s’appelle le groupe de  Abou Houreira installé à Ariel, un hameau  de  culture dans la province du Soum, région du Sahel du Burkina Faso.

Selon les mêmes enquêtes, il s’est engagé avec le groupe pour un salaire mensuel de deux  millions de francs CFA, s’il participe aux combats. Et s’il ne participe  pas au combat, il aura  un salaire de un million de francs par mois.

Le groupe terroriste ciblé dans la localité a fait l’objet d’un bombardement de la part  des forces  de l’opération Barkhane. C’est ainsi que DM a été arrêté au cours d’un ratissage   des forces terrestre et remis à la justice burkinabé.

Juste après son arrestation, il a subi des tests chimiques qui ont prouvé qu’il a utilisé des armes  dans les 72 heures. Car les traces de poudre à canons ont été retrouvées sur ses mains et vêtements à l’issue d’un test.

Egalement il a été arrêté devant une cache d’armes avec une vingtaine des membres de son groupe  d’appartenance.

Malgré les  démonstrations de la partie civile, DM reconnait être arrêté à Ariel,   mais fait remarquer qu’il est allé chercher de l’aide chez un ami  à près de 300 kilomètres de son village Kassa, sans pourtant donner avec  précision la nature de l’aide.

Les juges se sont aussi investis pour obtenir des aveux de sa part  allant dans le sens  du chef d’accusation. Mais DM  est resté sur sa position en déclarant  qu’il a été arrêté pour rien par les forces  de l’opération Barkhane.

Néanmoins il a reconnu de façon implicite qu’il a déjà rencontré Abou Houreira le chef de la faction terroriste concerné.

Au regard des faits, le parquet a confié que DM est coupable des faits qui lui sont reprochés car les rapports d’enquêtes menés dans ce cadre l’incrimine.

Son rejet des faits d’accusation se comprend aisément parce qu’il a été bien préparé à cet effet.  Ainsi il pense qu’il est dangereux pour la société c’est pourquoi il a demandé la peine maximale prévue par la loi en la matière.

C’est ainsi que le tribunal l’a suivi en  condamnant DM   à  21 ans de prison ferme  assorti d’une période de sureté  de 14 ans avec une amende ferme de deux millions de francs  CFA.

Agence d’information du Burkina

EY/ak

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here