Burkina-Développement-Finances

Burkina/Efforts de développement : 42% de la population de la Boucle du Mouhoun privée (responsable)

Ouagadougou, 10 août 2021 (AIB)-42% des populations de la Boucle du Mouhoun sont exclues des efforts de développement, a indiqué vendredi dernier, à Dédougou, le Secrétaire permanent pour la Promotion de l’inclusion financière (SP-PIF), Lin Hien.

Selon Lin Hien, des études ont montré qu’il existe une grande partie de la population (39% de Burkinabè) qui ne participe pas aux efforts de développement. Et de préciser que pour la Boucle du Mouhoun, ce chiffre est de 42%.

D’où l’organisation, selon lui, de l’atelier de sensibilisation et de diffusion de la Stratégie nationale de la finance inclusive (SNFI), le vendredi dernier à Dédougou.

Au cours de cet atelier, Lin Hien a informé les populations de la région de la Boucle du Mouhoun que la SNFI existe et qu’il vise à terme, un taux d’inclusion financier de 75%.

Pour y parvenir, sa structure, compte « rendre disponible les services financiers de base afin que toute la population y ait accès et qu’elle l’utilise à bon escient ».

Pour cela, M. Hien, prévoit des sessions d’éducation financière dans tout le pays.

L’atelier de Dédougou intervient après celui de 11 régions aux cours desquels la même sensibilisation sur la Stratégie nationale de la finance inclusive, a été faite. En termes de bilan, aux termes de ces tournées, le SP se dit satisfait.

A Dédougou, le gouverneur de la Boucle du Mouhoun, Edgard Sié Sou, a souligné que plusieurs structures interviennent dans la mise en œuvre de la SNFI.

Il a cité entre autres l’administration publique, la BCEAO, les partenaires au développement, les banques, les systèmes financiers décentralisés et les opérateurs de téléphonie.

Les efforts de tous ces intervenants, a-t-il dit, concourent à offrir aux populations financièrement exclues, un accès aux services financiers de base.

Il a rappelé que le Burkina a amorcé à travers le PNDES, une transformation qui fait de l’inclusion, un pilier pour son essor et son indépendance économique et financière.

« Notre développement socio-économique passe nécessairement par une intégration de tous les bras valides dans la production économique et la consolidation de l’épargne intérieur pour financer l’économie locale », foi du gouverneur.

Selon la coordinatrice régionale des femmes de la Boucle du Mouhoun, Elisabeth Dembélé, la finance inclusive est la bienvenue car elle permettra aux femmes d’avoir accès aux fonds pour mener des activités génératrices de revenus.

« Ici les femmes se battent mais sans appui financier. Dans certains foyers, c’est elles qui ont une grande partie des charges », a-t-elle signifié.

Agence d’information du Burkina

AS/MAK/Wis

Photo d’archive pour illustration

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here