Les ressortissants du Bazèga ont massivement pris part à la 1ere édition du Forum sur la promotion de la paix et de la cohésion sociale au Bazèga.

Les fils et filles du Bazèga s’engagent pour le vivre-ensemble

Kombissiri, (AIB)-Les ressortissants de la province du Bazèga se sont retrouvés les 30 et 31 juillet 2021 à Kombissiri pour la première édition du forum sur la promotion de la tolérance et la cohésion sociale dénommée «Bayir Woumtaab Daaré». C’est la gouverneure de la région du Centre-sud madame Josiane Kabré/Zoungrana qui a présidé la cérémonie d’ouverture des travaux du forum.

C’est la salle de conférence de l’hôtel Mitibkieta à Kombissiri, chef-lieu de la province du Bazèga qui a servi de cadre  pour les travaux  de la première édition du forum sur la promotion de la tolérance et la cohésion sociale dénommée « Bayir Woumtaab Daaré » qui ont eu lieu les 30 et 31 juillet 2021.

L’initiative est de l’association Boumbayé/pour la paix et le développement et les associations sœurs de la province du Bazèga.

L’objectif de ce forum selon le président de l’association Boumbayé/pour la paix et le développement Docteur Félix Christian Ouédraogo, était de mobiliser les fils et les filles de la province du Bazèga pour réfléchir autour de la question de cohésion sociale afin de contribuer activement à consolider la paix et le développement radieux de la province, partant de la région.

Dr Félix Christian Ouédraogo, initiateur du forum.

Ils étaient plusieurs dizaines de ressortissants  issus des différentes couches sociales, responsables administratifs,  politiques, coutumiers, religieux, acteurs du secteur informel, jeunes et femmes à prendre part à ce forum qui selon Dr Félix Christian Ouédraogo, est la voie choisie   par des structures de la société civile de la province pour ensemble apporter leur pierre afin de marquer positivement leur génération et l’histoire du Bazèga.

La  première journée  du forum a été marquée par des communications sur « le dialogue social et la cohésion sociale », « le dialogue social et le mécanisme de réconciliation », des thèmes respectivement exposés par les délégations du Haut conseil pour le dialogue social (HCDS) et le Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale ((HCRUN).

La communication sur «la jeunesse face aux défis de l’insertion socio-professionnelle et la cohésion sociale» a été donnée par le secrétaire chargé de la formation professionnelle au conseil national du patronat burkinabè, Dr Issa Compaoré. Toutes ces communications ont fait l’objet d’échanges. Toute chose qui a permis aux participants répartis par groupes, de faire l’état des lieux  des conflits dans la province, d’analyser les facteurs et acteurs limitant et fragilisant la cohésion sociale, notamment la politique, le foncier entre autres.

Aussi, les fils et les filles, les responsables coutumiers fortement représentés à ce forum se sont engagés à contribuer à la sensibilisation des différentes couches sociales pour l’adoption de bonnes pratiques pour la promotion de la paix et le vivre-ensemble pour la prospérité de la province.

Au nombre des recommandations, les participants qui ont à l’unanimité apprécié la tenue de ce forum, ont souhaité l’institution d’un cadre permanent de rencontre entre les acteurs politiques, les autorités administratives, coutumières et religieuse ainsi que les organisations des jeunes et des femmes.

La gouverneur du Centre-sud Josiane Kabré/Zoungrana a présidé la cérémonie.

Pour la gouverneure de la région du Centre-sud, Josiane Kabré/Zoungrana, l’organisation de ce forum dont elle est la présidente, prouve à souhait l’importance des actions concertées pour venir à bout de la dégradation du climat social dans le pays et partant dans la région.

«J’invite les fils et les filles de la province à saisir cette opportunité pour se laisser convaincre de la place importante à accorder à la paix, à l’entente fraternelle dans leurs milieux de vie» a-t-elle laissé entendre.

Les travaux du forum placé sous le patronage de monsieur Apollinaire Compaoré, président du patronat burkinabè et le parrainage du cadre de concertation des chefs coutumiers du Bazèga, se sont poursuivis le lendemain du 31 juillet à la place du 2 juin de Kombissiri avec les interventions des représentants des différentes confessions religieuses, des prestations d’artistes suivies de l’acte de paix, de pardon et de cohésion.

Agence d’information du Burkina

T. Pascal TIENDREBEOGO

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here