Burkina-Sante-Allaitement-Caravane

Allaitement maternel exclusif : le Centre-nord et le Plateau central dans la bonne dynamique

Ouagadougou, 2 Août 2021 (AIB) – Deux régions du Burkina Faso (Plateau central et Centre-nord) sont sur une bonne dynamique de l’allaitement maternel exclusif, ont constaté du 30 juillet au 2 août dernier, trois réseaux de journalistes au cours d’une caravane de presse.

La Direction de la nutrition (DN) du ministère de la santé a organisé du 30 juillet au 2 août dernier, en collaboration avec trois réseaux de journalistes, une caravane de presse sur l’allaitement maternel dans les régions du Centre-Nord et du Plateau Central.

Il s’agit du Club des journalistes et communicateurs pour la nutrition et la sécurité alimentaire (CJCN), le Réseau des journalistes et communicateurs pour la promotion de l’allaitement exclusif (REJOCAME) et le Réseau d’initiatives de journalistes (RIJ).

La caravane composée d’une vingtaine de journalistes avait pour objectif de faire l’état des lieux de la pratique de l’allaitement exclusif dans les régions du Centre-Nord (Boussouma, Kaya) et Plateau Central (Zorgho et Ziniaré).

Les journalistes ont entre autres échangé avec les mères allaitantes et les femmes en âge de procréer sur la pratique de l’allaitement exclusif, cernés les contraintes liées à la non-pratique de l’allaitement exclusif.

Ils ont aussi fait un plaidoyer auprès des autorités politiques, religieuses et coutumières pour leur implication dans la promotion des bonnes pratiques en matière d’allaitement exclusif.

Ils ont également constaté dans la province du Ganzourgou, (Plateau central), que le programme de sensibilisation sur l’allaitement maternel se déroule normalement.

Au Centre de santé et de promotion sociale (CSPS) du village de Tuiré ce vendredi 30 juillet 2021, ils ont trouvé l’un des deux groupes de femmes dénommé Groupe d’apprentissage de suivi et de pratique d’alimentation du nourrisson et du jeune enfant (GASPA).

13 femmes du groupe sur 15 étaient présentes pour une séance de sensibilisation sur l’allaitement exclusif au sein. Le groupe concerne des mères ayant des bébés âgés de zéro à six mois.

L’Agent de santé à base communautaire (ASBC) chargée de l’animation, Awa Kaboré en plus d’expliquer les avantages de l’allaitement au sein, montre la bonne technique pour maintenir le bébé.

Selon l’ASBC, les femmes ont maintenant compris l’importance de l’allaitement maternel.

« Certes les pesanteurs sociales comme l’alimentation du bébé avec la tisane existent toujours, mais à travers les échanges avec les maris des femmes allaitantes et les belles-mères, nous arrivons à les persuader d’abandonner l’utilisation des décoctions », a indiqué Awa Kaboré.

Pour l’infirmier-chef de poste de Tuiré Daouda Ouédraogo, le programme débute avec le GASPA des femmes enceintes.

Après l’accouchement, elles quittent ce groupe pour rejoindre celui des enfants de zéro à six mois pour les conseils d’allaitement maternel.

La dernière phase concerne le groupe des enfants de six à 23 mois où les conseils relatifs au complément d’aliments sont prodigués en plus du lait maternel.

Dans le district sanitaire de Boussouma dans la région du Centre-Nord, le résultat est aussi identique à celui de la province du Ganzourgou.

L’approche communautaire comme méthode

Selon le Médecin-chef du district (MCD) Olivier Zombré, la contribution des ASBC a permis d’opérer un changement de comportement. Il en veut pour preuve, le village de Séra où des femmes suivent assidument les séances du GASPA.

« L’approche communautaire marche bien ici. Nous invitons les hommes et les belles-mères à venir écouter les sensibilisations », a-t-il déclaré.

Christiane Ouédraogo, une femme allaitante et mère de trois enfants dit avoir fait le constat que le lait maternel évite que son bébé tombe régulièrement malade.

A en croire l’ASBC Irène Gaongo du village de Séra, un suivi est fait après les séances d’animation. « Nous faisons du porte-à-porte pour évaluer si nos conseils ont été mis en pratique », précise-t-elle.

Pour se faire une idée du travail des ASBC, le Conseiller villageois de développement (CVD) Idrissa Sawadogo confie qu’il a également observé un changement notable du fait de la mise en œuvre du programme.

« Je souhaite que le processus puisse se poursuivre parce qu’il est bénéfique pour nous chef de famille », désire-t-il.

Pour mesurer l’impact de la mise en œuvre du programme, les caravaniers ont animé une émission interactive à la radio Manegda de Kaya et une autre à la radio Bassi de Ziniaré (Région du Plateau central).

Les thématiques ont concerné entre autres les difficultés et obstacles à la pratique de l’allaitement exclusif, les conséquences de l’utilisation des tisanes et les solutions pour permettre un allaitement exclusif.

La fin de la caravane de presse a été marquée par la célébration de la Semaine mondiale de l’allaitement maternel (SMAM) à Ziniaré sous le thème « Protéger l’allaitement : une responsabilité partagée ».

L’activité a été placée sous le patronage de l’épouse du chef de l’Etat Sika Kaboré.

Le ministre de la Santé, co-président de la célébration Pr Charlemagne Ouédraogo a signifié qu’au Burkina Faso, au moins 80% des femmes allaitent leurs enfants.

Cependant, la proportion des bébés nourris exclusivement au sein jusqu’à l’âge de six mois est faible, a-t-il fait savoir.

Pour lui, la tendance doit être inversée pour faire en sorte que chaque enfant où qu’il vive, bénéficie des avantages essentiels de l’allaitement maternel.

Agence d’information du Burkina (AIB)

as/wis

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here