Burkina-Formation-Tissage-Lancement

Burkina : Lancement de la formation de 60 femmes et jeunes filles vulnérables au métier de tissage

Ouagadougou, 1er août 2021 (AIB)-L’Association New Life a procédé ce samedi au lancement officiel à Ouagadougou, du projet de formation de 60 femmes et jeunes filles vulnérables au métier de tissage qui se déroulera pendant quatre mois du 22 juillet au 22 novembre 2021.

Selon la responsable du projet de formation Mme Claire Ki, celui-ci vise à initier les femmes et les jeunes filles en situation de vulnérabilité aux activités génératrices de revenus.

Elle a indiqué que « les bénéficiaires sélectionnés seront formés au métier de tissage pour faciliter leur insertion professionnelle ».

Chaque bénéficiaire aura droit à une formation initiale et une formation continue et sera soutenu financièrement afin d’acquérir les équipements nécessaires notamment un métier à tisser pour pouvoir s’installer à son propre compte, en fin de formation, a affirmé Mme Ki.

La formation sera assurée dans le centre de l’Association New Life qui a déjà formé une soixantaine  de jeunes filles vulnérables au métier de tissage.

Mme Claire a informé qu’au cours de la formation qui est gratuite, les femmes et jeunes filles vulnérables seront prises en charge et à la fin de la formation, elles seront mises en contact avec l’entreprise Faso beau tex.

Cette dernière est une entreprise locale spécialisée dans la commercialisation des articles à base de pagnes tissés.

« A travers ce contrat, avec Faso beau tex, les femmes et filles vulnérables produisent des pagnes tissés et reçoivent un revenu mensuel », a-t-elle assurée.

La mairie de l’arrondissement 9 de Ouagadougou qui abrite l’Association New Life a salué l’initiative à travers sa représentante Mme Nadine Carole Barry.

Selon elle, l’initiative « qui permettra de former et d’installer 60 petites entreprises de tissages, profitera directement à ses 60 bénéficiaires et indirectement à leurs familles et à d’autres communautés ».

L’initiative bénéficie du soutien financier de l’Ambassade de France au Burkina Faso à hauteur de plus de 70% du budget.

L’ambassade intervient à travers la structure Fonds d’appui aux projets innovants de la société civile et coalitions d’acteurs  (PISCCA).

La représentante de cette structure Mme Irène Kaboré a invité les bénéficiaires à suivre l’exemple de la présidente de New Life Mme Jeanne Lompo/Combary.

Mme Irène Kaboré a expliqué que Mme Lompo née Combary qui n’a pas fréquenté, est parti de rien, mais a réussi à apprendre le métier grâce à son amour pour le tissage.

« Aujourd’hui, elle a fait du tissage une activité économique et elle tire des revenus conséquents pour se prendre en charge et contribuer aux dépenses de sa famille », a conclu Mme Irène Kaboré.

Agence d’information du Burkina

Wis/Az

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here