Burkina-Economie-Finance-Fiscalité

Burkina/Fiscalité : Le Premier ministre Dabiré invite à repenser notre stratégie de mobilisation des ressources

Ouagadougou, 30 juil. 2021 (AIB)-Le Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré a invité jeudi, les acteurs économiques à repenser la stratégie de mobilisation des ressources destinées à financer le développement burkinabè.

« Dans un contexte international marqué par (…) la baisse de l’aide publique au développement et la rareté des ressources (…), nous devons impérativement repenser notre stratégie de mobilisation des ressources destinées à financer le développement », a déclaré jeudi, le Premier ministre Dabiré.

Cela passe selon lui par une augmentation du taux de pression fiscale et le taux de mobilisation des ressources intérieures qui sont actuellement en deçà des attentes, a-t-il précisé.

Le chef du gouvernement s’exprimait à Ouagadougou à l’ouverture des assises nationales de la Fiscalité qui se tiennent sur deux jours.

Selon lui, « pour atteindre les objectifs fixés en matière de mobilisation des ressources intérieures, il est capital que les acteurs (tiennent) un débat national ouvert et sans complexe sur la fiscalité ».

Cela « afin de doter notre pays d’un système fiscal plus efficace, plus rentable et plus juste », a-t-il poursuivi.

D’où selon lui, « les présentes assises (qui) rentrent dans le cadre du dialogue constructif incontournable pour optimiser nos actions de développement ».

Les 48 heures des assistes nationales de la fiscalité se tiennent sous le thème «Quelle politique fiscale pour l’instauration d’une fiscalité de développement au Burkina Faso? ».

Selon Christophe Joseph Marie Dabiré, ce thème « souligne l’impérieuse nécessité de réfléchir sur les insuffisances qui caractérisent notre système fiscal ».

Parmi ces insuffisances, il a cité l’incivisme fiscal grandissant qui se traduit par la récurrence des cas de fraude et la croissance des restes à recouvrer et la prolifération des régimes fiscaux dérogatoires occasionnant chaque année, des manques à gagner importants.

Pour remédier à ces insuffisances, le gouvernement, selon son chef « a mis en place le comité de politique fiscale qui a pour missions de conduire des réflexions et de définir la stratégie de politique fiscale ».

Le Premier ministre Dabiré a invité les acteurs économiques aux cours des deux jours des assises, à apporter toute leur « expertise pour diagnostiquer les forces et les faiblesses de notre système fiscal ».

« Vous allez ainsi contribuer fortement à tracer des pistes d’amélioration à travers vos pertinentes recommandations qui feront l’objet d’un plan d’actions prioritaires et d’un mécanisme de suivi-évaluation », a-t-il conclu.

Agence d’information du Burkina

MSS/Wis

Photo : Primature

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here