Burkina-Tenkodogo-Entrepreneuriat

Tenkodogo/Entrepreneuriat : « La gérance de maquis n’est plus l’apanage des hommes » (promotrice de maquis)


Tenkodogo 29 juil. 2021 (AIB)-Promotrice de deux maquis « Maman Africa » et l’espace « Le Burkindi » de Godé, sur l’axe Tenkodogo-Garango, Tarnagda Larba Fati, s’est récemment confié à l’AIB en déclarant que « la gérance de maquis n’est plus l’apanage des hommes ».

 

Femme à la physique d’homme, connu sous le nom de « Maman Africa » de Garango, Tarnagda Larba Fati, est la promotrice de deux maquis « Maman Africa » et de l’espace « Le Burkindi » de Godé, sur l’axe Tenkodogo-Garango.

La cinquantaine d’âge sonnée, Tarnagda Larba Fati, dite « Maman Africa » est connue du milieu de la restauration, à travers sa spécialité dont elle détient le secret.

Elle dit avoir d’abord travaillé avec sa petite sœur, Mariam Tarnagda, promotrice du maquis restaurant-maquis « Maman Africa » à Tenkodogo.

Elle a ensuite ouvert la sienne à Garango avec le soutien de sa sœur. Selon elle, que l’on soit homme ou femme, il faut se battre pour s’en sortir et gagner sa vie et précisé qu’elle gagne sa vie dans cette activité.

Elle a indiqué qu’aujourd’hui, la gérance de maquis n’est plus l’apanage des hommes.

« Tout est question de courage et d’engagement car, dans tous les domaines d’activités, femmes ou hommes vivent presque les mêmes problèmes », a ajouté Tarnagda Larba Fati.

Elle a en outre invité la société et les hommes à avoir de la considération envers les femmes notamment celles qui excellent dans le domaine des maquis et ne pas les traiter de « femme passe partout » ou du nom de tous les oiseaux.

Elle a pour ce faire, invité les femmes à avoir confiance en elles-mêmes. De son avis, le travail de maquis est le domaine d’activité dans laquelle on rencontre toute sorte de personnes et de clients, chacun selon son caractère et ses humeurs (gentilles, bagarreurs, provocateurs, violeurs, voleurs, etc.).

Elle invite les femmes qui travaillent dans les maquis à considérer chaque client avec son caractère et sa personnalité.

« Ton caractère ne me regarde pas car, moi c’est mon argent qui m’intéresse. Celui qui vient pour la bagarre, je te demande gentiment d’aller ailleurs pour faire ton désordre. Parce que sous l’effet de l’alcool, la personne va crier sur toi pour ne pas te payer », a-t-elle souligné.

Elle a soutenu que pour gérer un maquis, il faut « avoir un sang-froid et un cœur froid ».

En dépit de toutes ces difficultés, «Maman Africa», assure gagner sa vie dans cette activité, paye la scolarité de ses enfants, nourri sa famille et paye les salaires de ses employés.

Elle pense que la femme peut travailler dans un maquis tout en respectant son image de femme même si selon elle, les gens voient en la femme de maquis, la prostituée qui n’a pas de mari, exposée à tout et qui veut mener une vie facile.

« La femme peut ne pas travailler dans un maquis mais peut ne pas dormir à la maison, et ne pas pouvoir vivre dans un foyer », confie «Maman Africa».

A l’endroit de ses sœurs qui hésitent à entreprendre ou à faire comme elle, «Maman Africa», les exhorte à se battre car, ajoute-t-elle, c’est par le travail qu’elles vont s’épanouir et gagner leur vie.

Agence d’information du Burkina

Bougnan NAON

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here