Burkina- Agriculture- Production-Mécanisation

Burkina : Le gouvernement s’engage à produire environ 6 millions de tonnes de céréales cette saison

Ouagadougou, 26 juil. 2021 (AIB)- Le gouvernement burkinabè s’engage dans la production d’environ 6 millions de tonnes de céréales en cette campagne agricole 2021-2022 à travers la mécanisation de l’agriculture pour une atteinte à l’autosuffisance alimentaire véritable et durable a déclaré dimanche le ministre Ouédraogo.

 

«  Notre objectif est de produire environ 6 millions de tonnes de céréales dont un million de tonnes de riz, un million 700 mille tonnes de culture de rente dont principalement le coton et d’autres cultures », a indiqué dimanche le ministre en charge de l’agriculture, Salifou Ouédraogo.

Il s’exprimait à Ouagadougou, lors de son passage à l’émission antenne directe sur la radio nationale.

Selon M. Ouédraogo, le gouvernement œuvre pour que l’agriculture soit le moteur de la croissance économique au Burkina Faso pour une atteinte de la souveraineté agricole.

En rappel, la compagne agricole de saison humide 2021-2022 a été lancée le jeudi 27 mai dernier à Bangrin dans la commune de Loumbila, région du plateau central.

La cérémonie a été placée sous le thème « Distribution électronique des intrants et équipements agricoles, rôle et implication des acteurs pour une opération réussie ».

Atteindre un million de tonnes de riz  cette saison est une initiative  présidentielle qui permettra au Burkina Faso d’être autonome a déclaré M. Ouédraogo.

Pour cela, tous les acteurs doivent œuvrer pour que l’initiative se concrétise dixit le ministre car « elle est salvatrice ».

« Un  secrétariat technique de la riziculture (mis en place a pour rôle), de travailler à faire en sorte que nous puissions atteindre cet objectif d’un million de tonnes de riz » a expliqué Salifou Ouédraogo.

Pour lui, l’initiative est continuelle car elle vise 3 millions de tonnes d’ici à 2030.

En ce concerne, l’écoulement du riz local, le ministre rassure que les producteurs n’ont pas à s’inquiéter car leurs productions seront achetées au profit  des cantines scolaires et les boutiques témoins gérées par la Société nationale de gestion des stocks de sécurité alimentaire du Burkina Faso (SONAGES).

Ouédraogo a aussi indiqué qu’il faut un certain nombre d’accompagnement de l’Etat pour que l’initiative puisse aller de l’avant car ce sont les producteurs les plus vulnérables qui sont ciblés.

Ces accompagnements sont entre autres, l’octroi des semences et la mise à la disposition des producteurs, des outils agricoles et intrants, la subvention des prêts et l’accompagnement technique.

Pour le ministre en charge de l’agriculture, l’Etat burkinabè doit valoriser le secteur pour que le pays puisse s’autonourrir.

Il a par ailleurs salué l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles du Burkina Faso (INERA) et l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA) pour leur accompagnement.

Il a aussi invité les jeunes entrepreneurs à se lancer dans le secteur agricole qui, selon lui, reste un moteur de développement durable.

Agence d’information du Burkina

OA/wis

Photo : Ministère de l’agriculture

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here