Burkina-Presse-Revue

La situation délétère à la Commission électorale se déporte à la Une des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 15 juil. 2021 (AIB) – La situation de crise au sein de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), suite à la désignation d’un représentant de la société civile, continue d’être commentée largement par les journaux lus par l’AIB ce jeudi matin.

Le journal privé Le Pays présente à sa Une, la photo du Chef de file de l’opposition politique (CFOP), Eddie Komboïgo et celle du Sao Naaba, chef coutumier contesté à la commission électorale indépendante (CENI).

L’article intitulé : « Renouvellement des instances de la CENI : +Les commissaires de l’Opposition ne siègeront pas si…+, selon le CFOP », rapporte que « la crise à la CENI semble avoir atteint son paroxysme le 14 juillet dernier, soit la veille de la date prévue pour le renouvellement de ses instances ».

En effet, selon Le Pays, après la sortie, mardi dernier au cours d’une conférence de presse du ministre en charge de l’administration territoriale, ce fut le tour du CFOP de monter au créneau, le lendemain (hier mercredi).

A ce sujet, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina, arbore : Sao Naaba à la CENI : l’Opposition brandit la carte du boycott ».

L’Express du Faso, quotidien privé édité à Bobo-Dioulasso, abonde dans le même sens lorsqu’il affiche : « Candidature du Sao Naaba : Vers un blocage de la Commission électorale nationale indépendante ».

Pendant ce temps, le quotidien national Sidwaya informe que « les 15 commissaires (de la CENI) prêteront serment lundi prochain ».

Le même journal, dans son ‘’L’Autre regard’’, parle de « la nécessité d’une administration électorale »,  faisant observer que le processus en cours pour l’élection du président de la CENI, a remis au goût du jour « le passionné et très politisé débat  qui revient sous nos cieux chaque cinq ans, quand vient le moment de la désignation des commissaires et du président de la commission ».

De l’avis du confrère, « en soi, ces tractations sont le signe de la vitalité de notre démocratie, mais en principe, n’avaient pas leur raison d’être ».

Sous un autre chapitre, Sidwaya évoque la crise humanitaire, renseignant que le Burkina Faso a enregistré « plus de 237 000 nouveaux déplacés internes au premier semestre 2021 ».

De son côté, L’Observateur Paalga va plus loin en donnant le chiffre total livré, hier mercredi par le ministre de la Communication, Porte-parole du gouvernement, Ousséni Tamboura, à l’issue de l’hebdomadaire conseil des ministres.

Ainsi, il ressort que « 1 312 071 déplacés internes (ont été) enregistrés à la date du 30 juin ».

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here