Burkina-Immigration-Sensibilisation

Burkina-Immigration-Sensibilisation

Burkina : L’entreprise Canada In sensibilise à l’immigration légale au Canada

Ouagadougou, 14 juil. 2021 (AIB) – Au cours d’une conférence publique samedi à Ouagadougou, les responsables de l’entreprise d’immigration, Canada in ont sensibilisé les populations à l’immigration légale au Canada dont ils ont vanté les avantages. 

Selon la directrice chargée de la formation de Canada in Miss Amy Silué, « le Canada ouvre ses portes à tout le monde, aux hommes d’affaires, aux étudiants, aux travailleurs et même aux chômeurs ».

Pour y aller, l’entreprise d’immigration Canada in propose ses services pour l’obtention de l’un des deux types de visa proposés.

« Il y a le visa permanent qui concernent les travailleurs et diplômés. Ce visa permet de s’installer au Canada pour toujours avec les mêmes droits que celui qui est né au Canada », a expliqué Miss Amy Silué.

Le second type de visa est temporaire et concerne les étudiants et les visiteurs a poursuivi Miss Amy Silué, en donnant des précisions.

Ce visa ne donne pas le droit de s’installer au Canada mais permet d’aller y étudier pendant une période donnée et de revenir dans son pays.

Ce visa permet également d’aller passer ses vacances au Canada ou rendre visite à un parent.

Cependant, une fois sur place, avec le visa temporaire, le bénéficiaire peut faire les démarches pour l’obtention du visa permanent.

Miss Amy Silué a précisé que pour les travailleurs, il y a deux types de visas que sa structure propose.

Il y a le visa travailleur qualifié du Québec utilisé dans la partie francophone du Canada et le visa pour les diplômés utilisé dans la partie anglophone.

Le directeur de la communication de Canada in, Germain Kouehion a affirmé que l’immigration vient de Dieu et que tous ceux qui s’opposent à l’immigration légale, s’opposent à Dieu. Il s’est pour cela appuyé sur des passages bibliques.

C’est pourquoi, selon lui, ceux qui immigrent de manière clandestine et illégale meurent en grand nombre dans la méditerranée ou deviennent des esclaves parfois sexuels dans certains pays.

Concernant les inquiétudes que peuvent avoir les potentiels candidats à l’immigration sur la fiabilité de Canada in, la directrice des bureaux extérieurs Miss Hélène Dolé rassure.

« Nous travaillons dans la légalité. Nous sommes une structure fiable. Nous avons tous nos papiers. Nous sommes représentés dans tous les pays, en Afrique, en Asie, en Europe », a-t-elle soutenu.

Elle a assuré que dans tous les pays où Canada in s’est installé, elle s’est appuyée sur l’église et travaille avec les musulmans et tous les croyants.

Elle a souligné que Canada in est différente des structures d’arnaqueurs qui « peuvent louer une ou deux chambres dans un pays donné et du jour au lendemain, ils prennent l’argent des populations et disparaissent ».

Le directeur commercial et marketing de Canada in Kouan Tao a lui évoqué les conséquences néfastes de l’immigration clandestine.

Il a rappelé qu’à chaque fois, les candidats à l’immigration clandestine sont dupés. Les arnaqueurs leur promettent de les conduire en Europe contre une forte somme d’argent.

Malheureusement, après une étape du voyage, le candidat est confié à une autre personne à qui il doit payer une nouvelle somme pour continuer et ainsi de suite.

Il arrive qu’à une étape donnée, le candidat soit obligé de se prostituer ou d’être réduit à l’esclavage pour espérer se faire des sous pour continuer le voyage.

Pour ceux qui ne vivent pas ces réalités, ils meurent dans la mer pour plusieurs raisons, a argumenté Kouan Tao.

Le premier responsable de Canada in s’appelle Olivier Gnago. Il est chrétien et diacre dans une église protestante, baptiste au Canada.

Détenteur d’un visa permanent, il est consultant en immigration, vit et travaille au Canada depuis plusieurs années.

Selon lui, il a créé l’entreprise d’immigration, Canada in pour aider ses frères africains à bénéficier des opportunités dont il a lui-même bénéficié car le Canada à un besoin important de main d’œuvre.

Il a affirmé que lorsqu’il fait partir quelqu’un au Canada et que cette personne y travaille et paye ses impôts, lui, il est récompensé par le Canada.

Le Directeur général, Olivier Gnago invite cependant les Africains qui sont nantis et qui ont les moyens à rester dans leurs pays.

Il encourage plutôt à l’immigration légale les personnes qui n’ont « pas beaucoup de moyens » car ils peuvent partir travailler au Canada et envoyer de l’argent dans leur pays pour investir.

La conférence de Ouagadougou au Burkina Faso sera suivie par celles d’Abidjan en Côte d’Ivoire le 17 juillet, celle du Mali le 24 juillet, celle du Togo le 7 août et celle du Benin le 9 août.

Agence d’information du Burkina

WIS/ata/ak

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here