Fada N’Gourma: les marcheurs dénoncent l’incapacité du gouvernement à tirer le pays du bourbier.

 

Fada N’Gourma, 3 juillet 2021, sortis à l’appel du Chef de file de l’opposition politique (CFOP), ce samedi, des manifestants ont décrié « les misères » que vivent les Burkinabé avec la recrudescence des attaques terroristes.

Après avoir parcouru, de façon « pacifique et silencieuse » quelques artères de la ville, ils ont convergé vers le haut-commissariat du Gourma où ils ont adressé leur message au patron des lieux, Jean-Yves Béré. Un message dont la quintessence porte sur l’insécurité et ses répercussions sociales.

« Nous avons marché  parce que nous sommes suffisamment endeuillés, mais aussi parce que nous vivons la misère. Si eux à Ouagadougou ils pensent que tout va bien, qu’ils sachent que le Burkina Faso c’est aussi les provinces dans lesquelles les populations souffrent. Nous voulons, à l’occasion, traduire notre compassion aux Forces de défense et de sécurité (FDS), mais aussi aux Personnes déplacées internes (PDI) » a déclaré Michel Thiombiano, le répondant du CFOP à Fada N’Gourma.

Pour lui, l’horizon s’obscurcit davantage.  » Beaucoup de paysans ne pourront pas cultiver cette année du fait de l’insécurité. Qu’allons-nous manger demain? » s’est-il interrogé avant d’ajouter que le CFOP est en droit d’attirer l’attention du gouvernement sur cette situation « d’incertitude ».

Au sujet de la mobilisation, M. Thiombiano a coupé court:  » Même si nous étions cinq à marcher, ils sauront qu’il y a des gens qui ont encore le sens de l’honneur. Les marcheurs ne sont pas issus que des partis politiques, la société civile était également de la partie ».

Agence d’information du Burkina

J S/ata

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here