Burkina-Presse-Revue

Les examens scolaires et le foncier s’imposent à la  une des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 23 juin 2021 (AIB) – Les journaux burkinabè de ce mercredi traitent essentiellement de sujets liés au foncier et aux examens scolaires dont les épreuves écrites ont débuté la veille sur toute l’étendue du territoire national.

«Examens scolaires : Plus de 770 mille candidats en quête d’un diplôme», arbore, en première page, le quotidien national Sidwaya qui informe aussi que «des centres de compositions (ont été) délocalisés à l’Est».

Le journal qui consacre six pages à cette actualité, rapporte que c’est le ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales, Stanislas Ouaro qui a lancé officiellement les examens du CEP, du BEPC, du CAP et du BEP, hier mardi à Ouagadougou

Pour sa part, L’Express du Faso, quotidien édité à Bobo-Dioulasso, à travers sa une, fait remarquer que dans la région de la Boucle du Mouhoun, des dispositions ont été prises pour les élèves déplacés internes.

Quant à L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso, il met en exergue : «Examens scolaires 2021 : Sous les auspices de Saint Viateur», précisant que le lancement des examens est intervenu hier mardi à Ouagadougou, au groupe scolaire Saint Viateur.

Le journal rapporte qu’après neuf mois de travail acharné, les candidats aux CEP, CAP, BEP et BEPC ont été appelés à faire valoir tout ce qu’ils ont accumulé comme savoir durant toute l’année scolaire.

De leur coté, les quotidiens privés Aujourd’hui au Faso, Le Pays et Le Quotidien parlent de «769 629 candidats » en lice pour l’obtention des quatre  diplômes (CEP, BEPC, CAP et BEP).

Sous un autre registre, Le Pays évoquent la première session ordinaire de l’année 2021 du Conseil économique et social (CES) qui  se tient à Ouagadougou du 22 juin au 19 juin 2021, sous le thème : «la problématique de la gestion actuelle des terres au Burkina Faso : Quelles solutions pour un développement durable».

Le journal affiche à ce sujet, «conflits liés au foncier : Le CES veut désamorcer une ‘’bombe à retardement’’».

L’Express du Faso abonde dans le même sens lorsqu’il renseigne que l’objection de la session du CES es de créer un cadre d’échanges sur la gouvernance foncière au Burkina Faso.

Le même journal, à travers sa rubrique ‘’Autant le dire…’’, titre : «C’est sur le foncier que nous allons nous affronter prochainement», avant de souligner que «tant que la terre fera l’objet de spéculation financière et un bien précieux au même titre que les métaux précieux, elle sera au centre des préoccupations».

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here