Burkina-Presse-Revue

Solidarité et médias  dominent la Une des  journaux burkinabè

Ouagadougou, 10 juin 2021 (AIB) – Les quotidiens burkinabè lus par l’AIB ce jeudi, font cas de la solidarité de la CEDEAO  aux Burkinabè, à la faveur de  l’attaque terroriste  à Solhan dans le Nord, sans oublier le traitement de l’information sur ce drame qui a fait plus de 130 morts.

«Suspension  d’Oméga : Pour le DG, le gendarme des médias a eu la main lourde», affiche à sa Une, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso, L’Observateur Paalga.

Le quotidien privé rapporte que le Conseil supérieur de la communication (CSC) a suspendu hier mercredi à Ouagadougou, en présence des journalistes, le groupe Oméga pour cinq jours pour manquements dans  le traitement  de l’information sur l’attaque terroriste de Solhan.

De son avis, la décision du gendarme des médias est tombée le  lundi  7 juin 2021, suite au drame de Solhan  qui a coûté la vie à plus de 130 personnes dans le Nord du pays.

Pour le confrère, le DIirecteur général (DG) de Oméga Médias, Ouezin Louis Oulon, à travers un entretien note  que la décision du CSC est tout simplement «disproportionnée, abusive, précipitée et partiale».

De son côté, le journal privé Le Pays titre à sa manchette : «Traitement de l’information sur l’attaque de Solhan : 18 médias audiovisuels, de la presse écrite et en ligne épinglés».

Le quotidien renseigne que le premier responsable du CSC, Mathias Tankoano  a pris des sanctions, à l’encontre de certains médias ayant «fait preuve d’une grande indélicatesse» dans le traitement de l’information du massacre à Solhan.

D’après Le Pays,  au total 18 médias  ont été épinglés dont 9  médias audiovisuels et 9 organes de presse écrite  et en ligne avec l’audition de deux médias, à savoir la Radiodiffusion télévision du Burkina (RTB) et la Radio France internationale (RFI).

Quant au quotidien national Sidwaya, il mentionne que le l’objectif du point de presse du CSC, hier mercredi, était d’interpeller  les journalistes sur leur responsabilité dans le traitement de l’information concernant l’attaque terroriste de Solhan.

Pour sa part, L’Express du Faso, quotidien privé édité à Bobo-Dioulasso,  met en exergue : «Traitement de l’information : Le CSC insiste sur la vérification des sources».

A ses dires, le CSC appelle les journalistes à plus de professionnalisme tout en  les invitant à vérifier toute information auprès des premiers responsables des  localités concernées.

Toujours au sujet du carnage de Solhan, le même journal publie dans ses colonnes : «Drame de Solhan : Nana Akufo- Addo pleure avec le peuple burkinabè ».

L’Express du Faso relate que le président du Ghana et de la CEDEAO, Nana Akufo- Addo, a exprimé hier mercredi 9 juin à Ouagadougou  , sa  solidarité aux burkinabè suite à l’attaque terroriste  à Sollan.

A ce sujet, Le Pays fait observer que le président ghanéen dit être venu pour compatir aux douleurs de  ses voisins burkinabè, tandis que Sidwaya titre : «Attaque de Solhan : La CEDEAO solidaire au Burkina Faso ».

Le journal cité en second lieu, informe qu’il y a eu «plus de 7600 déplacés à Sebba», suite aux évènements survenus à Solhan, dans la nuit du 4 au 5 juin dernier.

En effet, Sidwaya rapporte que le sujet a été évoqué par le ministre de la Communication, Porte-parole du gouvernement, Ousséni Tamboura, à l’issue du conseil de ministres d’hier mercredi.

Agence d’information du Burkina

NO-oa/ata/ak

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here