Burkina-Administration-Communication-Réformes

Le gouvernement burkinabè veut soigner sa communication pour mieux contrer la rumeur et la désinformation

Bobo-Dioulasso, 29 avril 2021(AIB) – Le gouvernement burkinabè compte désormais mener une communication harmonisée, active et proactive, afin de mieux contrer la rumeur et la désinformation,  deux maux à même de saper la cohésion sociale et la démocratie, a affirmé jeudi, son porte-parole Ousseni Tamboura.

«L’ère du numérique où chaque internaute, chaque usager de smartphone, reçoit, diffuse et rediffuse le plus souvent à la vitesse de l’éclair, expose davantage nos populations à la rumeur et notre pays à la déstabilisation», a assuré jeudi le ministre burkinabè de la Communication, Ousseni Tamboura.

Le porte-parole du gouvernement s’exprimait à Bobo-Dioulasso, à l’ouverture de «l’atelier d’information et d’appropriation des mécanismes et des outils pour une communication gouvernementale et présidentielle active et proactive».

«Chaque fois que nous nous ferons distancer par les réseaux sociaux, notre pays, notre Nation, notre cohésion  en sort nécessairement éprouvée», a-t-il lancé aux responsables de la communication des départements ministériels (DCPM), aux directeurs régionaux du ministère de la Communication et aux autres participants.

Selon le ministre, «le doute, la rumeur, l’absence de vérité, l’ignorance sont  des sources de conflits et un boulevard de manipulations de masse» d’où la nécessité pour le gouvernement, d’être la principale source d’information de l’action publique et d’éviter une communication à plusieurs vitesses.

Toutefois, Ousseni Tamboura a exhorté ses collaborateurs à être rigoureux et rapides. Ils pourront bientôt aussi se référer à la stratégie de communication gouvernementale et présidentielle, en cours d’écriture.

Agence d’information du Burkina

AK/ak

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here