Burkina-Président-du-Faso-Magistrature-Rencontre

Burkina Faso : Les magistrats souhaitent avoir la sérénité pour rendre justice

Ouagadougou, 25 févr. 2021 (AIB) – Le président du Conseil supérieur de la Magistrature (CSM) Mazobé Jean Kondé a indiqué jeudi, devant le président du Faso Kaboré, l’aspiration de l’institution judiciaire «à la sérénité» afin «de rendre la justice au nom du peuple burkinabè».

«Les animateurs de l’institution judiciaire dans leur grande majorité aspirent à la sérénité, à une paix des braves», a indiqué jeudi, le président du Conseil supérieur de la Magistrature (CSM) Mazobé Jean Kondé à l’ouverture de la rencontre statuaire entre le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré et les membres du CSM.

Mazobé Jean Kondé explique cette aspiration par le fait que «l’année judiciaire passée (2020) a été tumultueuse (et) a vu s’installer la méfiance, la défiance, la belligérance entre les syndicats des magistrats et le ministère de la Justice».

«A l’heure actuelle, l’institution judiciaire ne souhaite avoir pour rôle que celui de rendre la justice au nom du peuple burkinabè et répondre ainsi aux attentes qui peuvent être les siennes», estime le président du CSM.

La rencontre entre le président du Faso et les membres du Conseil supérieur de la magistrature est prévue une fois l’an conformément à l’article 131 révisé de la Constitution.

La précédente rencontre s’est tenue le 14 novembre 2019 et la rencontre de ce jeudi, devait se tenir en novembre 2020, mais a été différée à cause des élections couplées présidentielle et législatives.

Des élections qui ont vu la réélection du président Kaboré pour un second et dernier mandat de 5 ans.

Le président du CSM, Mazobé Jean Kondé a donc apporté les félicitations  de son institution «au président du Faso pour sa réélection» et lui a souhaité «un quinquennat paisible et fructueux (fait) de consolidation des acquis pour la magistrature en termes d’indépendance et de performance». 

Au cours de son investiture le 28 décembre 2020,  suite à sa réélection, le président Kaboré a déclaré qu’«une attention particulière sera accordée à la justice» et que «tous les efforts seront entrepris pour vider les dossiers pendants et garantir une justice équitable à tous dans notre pays».

Pour  Mazobé Jean Kondé «cette promesse» du président du Faso qui est le garant de l’indépendance du pouvoir judiciaire «ne peut que susciter de l’espoir au sein de l’institution judiciaire».

Selon lui, «celle-ci se sent d’ores et déjà interpellée  et ne demande qu’à jouer véritablement le rôle qui est le sien pour peu que l’assurance promise se répande au de-là de quelques dossiers, pour garantir à la justice une quiétude plus pérenne».

La cérémonie d’ouverture actée par le président du Faso est actuellement suivie par les travaux à huit clos entre les deux Institutions.

Agence d’information du Burkina

WIS/ata/ak

 

Photo : présidence du Faso

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here