Les participants ont fait des propositions pour atténuer la souffrance des populations.

Pénurie d’eau à Houndé : Des OSC à la recherche de solutions

Houndé, (AIB)-Les responsables et représentants d’Organisations de la société civile (OSC) de la province du Tuy se sont concertés ce samedi 20 février 2021 à Houndé, afin de faire des propositions aux autorités pour résoudre la crise de l’eau que traverse la ville depuis deux mois.

Les organisations de la société civile (OSC) réunies au sein du conseil provincial des OSC du Tuy veulent apporter leur contribution à la résolution de la crise d’eau que traverse en ce moment la ville de Houndé.

Elles ont, en effet, échangé sur la question, ce samedi 20 février 2021, dans ladite ville au cours d’une rencontre.

Selon le président du conseil provincial des Organisation de la société civile du Tuy, Gnihanlo Lanou, l’objectif est d’échanger pour connaître les raisons de la crise d’eau et aussi faire des propositions aux autorités en vue de la gestion de la crise.

D’après lui, avant d’aller vers les autorités, il était de bon ton de connaitre l’historique et les défaillances du réseau d’eau de la ville de Houndé.

Les participants à la rencontre ont, dans ce sens, eu droit à une communication sur la situation de l’eau dans la ville.

Selon Gnihanlo Lanou, des populations n’ont pas d’eau depuis 2 mois pour certains quartiers et 1 mois dans d’autres.

Dans son exposé le président de l’Association des techniciens industriels du Tuy (ATIT), Gnodité Kambou, a successivement abordé l’historique du réseau d’eau de Houndé depuis 1997  jusqu’à nos jours, les différents contrats d’affermage signés   entre l’ONEA et la mairie et les principales difficultés relevées lors de l’exécution des travaux d’installation du réseau.

A l’en croire, il y a eu beaucoup d’investissements pour agrandir le réseau d’eau à Houndé mais il y a eu aussi des problèmes dans l’exécution des travaux.

De l’avis de M. Kambou, il est vrai que dans toute gestion de réseau d’eau, il y a des pannes et des crises qui surviennent mais l’important, a-t-il indiqué, c’est de savoir gérer ces crises.

Les échanges qui ont eu lieu lors de cette rencontre ont permis aux acteurs de la société civile de faire des propositions.

«Nous avons fait des propositions que nous voulons apporter aux autorités afin que la population traverse cette période difficile sans trop de souffrances» a expliqué M. Kambou.

Agence d’information du Burkina

Babou Eric BAZIE

AIB-Tuy

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here