1- Le Haut- commissaire du Yatenga, Amina Tarnagda (milieu) a souhaité qu’à l’issue de ces échanges des solutions soient trouvées pour lutter contre l’insécurité dans le Nord.

Burkina-Insécurité-Rencontre-Solutions

Sécurité et cohésion sociale : La Coalition JAM invite les leaders d’opinions à plus d’engagement

Ouahigouya, (AIB)-Le Groupement d’association dénommé «coalition Jam pour la paix et la cohésion social (CJPaCS)» a, dans le cadre de sa  caravane dans les zones les plus touchées par  l’insécurité, entamé l’étape du Nord  les 2 et 3 janvier 2021.  Placée sous le thème : «Rôles et responsabilités   des leaders d’opinions dans la quête de la paix et de la cohésion sociale», les caravaniers ont échangé avec  les leaders d’opinion afin de réfléchir et trouver des solutions endogènes  pour renforcer la paix, la sécurité et la cohésion sociale.   

Après la région du Sahel et celle de l’Est, la caravane de la coalition Jam est allée à la rencontre des leaders du Nord. C’était les 2 et 3 janvier 2021 à Ouahigouya où les caravaniers  ont échangé avec   plusieurs leaders d’opinion  afin de réfléchir et faire des propositions de  solution  pour  que cette partie du pays recouvre la paix et  la sécurité.

Selon Amadou Diarra, membre de la Coalition,  il s’est agi de réunir  les chefs coutumiers et religieux, les associations, les groupe socio-professionnels et d’autodéfense  de chaque région cible autour d’une même table dans le but de trouver une solution adéquate à leur région en proie à des défis sécuritaires.

Après deux jours d’échanges, les participants de la région du Nord ont faits des recommandations sous forme de déclaration.

De ce face-à-face, les leaders religieux, coutumiers et groupements associatifs ont produit une déclaration.

Dans cette déclaration, ils ont préconisé, entre autres, d’éviter les exactions contre les populations, de  privilégier le dialogue dans le traitement de leurs différends et de respecter la sacralité de la vie humaine.

Il faudrait également combattre l’analphabétisme et l’ignorance religieuse,  promouvoir l’accès équitable à la terre et interdire l’accaparement des terres par les agro businessmen et impliquer  les imams dans la prévention de l’extrémisme violent.

Pour le  Haut-commissaire de la province du Yatenga, Amina Tarnagda, cette caravane  est la bienvenue car elle est à  la recherche de la réconciliation et  de la  paix.

«Je fonde l’espoir qu’elle y arrive» a-t-elle souhaité. A l’issue de ce face-à- face, les caravaniers ont  manifesté leur solidarité aux déplacés internes de la région en remettant des vivres d’une valeur de 3 000 000 de FCFA.

Agence d’information du Burkina

Augustin Sanou (collaborateur)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here